Mon souvenir de Super Bowl : Denver Broncos – Carolina Panthers ( Super Bowl 50 )

( T.J Ward ; Ronald Martinez / Getty images )

Jusqu’au 4 février prochain date du 52ème Super Bowl, l’équipe de FirstDownFR vous propose de mieux connaître ses rédacteurs en vous proposant leurs récits personnels d’un Super Bowl qui les a profondément marqué. Alors attention aux avis parfois très personnels de nos rédacteurs et bonne lecture.

Denver Broncos – Carolina Panthers

SB 50 San Francisco 8 Février 2016

Alors que les Patriots sortent d’une victoire légendaire face aux Seahawks de Seattle, la NFL reprend ses droits au mois de Septembre 2015. Une saison surprenante nous attends. En effet, l’affiche Broncos – Panthers n’était pas la plus attendu et pourtant ces deux équipes ont réalisés une saison mémorable. Surtout du côté de Carolina, qui réalise un quasi sans faute en saison régulière, avec un bilan de 15-1. Cette défaite interviendra lors de la week 16 face à des Falcons qui ne voulaient pas laisser l’un de leurs rivaux réaliser une saison parfaite.

Ils n’étaient pas attendu à ce niveau la, mais le head coach Ron Rivera à su allier une défense de fer à une attaque de folie. La paire de linebackers Luke Kueckly – Thomas Davis écoeure les attaques adverses, Josh Norman s’impose comme l’un des meilleurs cornerback de la ligue et en attaque, Cam Newton et Jonathan Stewart sont innarétables, tandis que Greg Olsen rayonne dans les airs. En playoffs, les partenaires du MVP de la saison, j’ai nommé Cam Newton, vont rouler sur leurs adversaires. Une victoire 31-24 face aux Seahawks après avoir méné 31-0 à la mi-temps. Ensuite c’est au tour des Cardinals de l’Arizona de subir la loi des Panthers, défaite 49-15 pour les partenaires de Larry Fitzgerald. Les Panthers sont ultra favoris du prochain Super Bowl.

Du côté des Broncos, la saison n’à pas été aussi parfaite. Le chemin du succès s’est construit dans la douleur, avec notamment des victoires face aux Ravens lors de la week 1 grace à une interception de Bradley Roby dans la end zone et une autre face au rival de Kansas City sur la pelouse des Chiefs, lors d’un TNF de folie. Le gain de la division se jouera jusqu’à la dernière semaine, et une victoire face aux Chargers de San Diego. Les Broncos termine la saison sur un bilan de 12 victoires et 4 défaites.

Denver arrive en playoffs avec des certitudes mais aussi des inquiétudes. Premièrement la défense. Meilleur défense de la ligue cette saison là, les Broncos peuvent compter sur une D line de folie. Von Miller, DeMarcus Ware, Sylvester Williams, Malik Jackson, Danny Trevathan rien que ça. Ajoutez à cela une secondary de feu composée de Aquil Talib, Chris Harris Jr, T.J Ward et Darian Stewart. En terme de chiffres, la défense 2015 de Denver fait partie des meilleures. 1 ere au nombre de yards encaissés, 1 ere contre l’attaque aérienne, 3 eme contre la course, 4 eme au nombre de points encaissés, 1 ere au nombre de sacks infligés et 3 eme au nombre de touchdowns inscrits.

Le problème se situe en attaque pour les Broncos. Peyton Manning n’est plus que l’ombre de lui meme a tel point que Brock Osweiler terminera la saison régulière en tant que titulaire, et beaucoup d’observateurs considèrent qu’il effectue la saison de trop. C.J Anderson réalise une bonne saison à la course, et l´équipe depend beaucoup de son rendement. John Elway va réussir un super coup lors de la trade deadline, avec l’acquisition d’Evan Mathis (Guard) en provenance de Philadelphie. Cette arrivée offre plus de sécurité au quarterback, ce qui soulage l’attaque des Broncos.

En playoffs, Denver bat les Steelers de Pittsburgh 23-17 lors du divisional round, ou Big Ben s´est cassé les dents sur cette défense de fer en l’absence de Leveon Bell. S’en suit une finale de conférence référence pour les Broncos, oú le champion en titre, les Patriots de la Nouvelle – Angleterre, viendront chuter dans l’enfer du Mile High Stadium en plein mois de janvier. Défaite 20-18 pour la bande à Brady, et les Broncos sont de retour au Super Bowl après l’échec de 2014 face aux Seahawks.

LE MATCH:

C’est la ville de San Francisco qui a été élu ville hote pour le 50eme Super Bowl de l’histoire. Le nouveau stade des Niners, le Levi´s Stadium, est complet.

De mon côté, je rejoins mes amis pour suivre le match et pour certains, leur faire découvrir ce magnifique sport. Les paris sont pris, et tout le monde est unanime sur une victoire des Panthers. À cette époque, je ne faisais pas encore parti de la famille “firstdown” mais j’avais eu la chance d’être contacté par l´un des fondateurs, pour participer à un podcast sur cette finale et par la meme occasion, plaider en faveur des Broncos. J’avais pronostiqué une victoire des Broncos sur un petit score mais par plus de 10 points d’écart.

Cette saison là, j´effectuais ma deuxième année de couverture twitter des Broncos de Denver, et avoir la chance de vivre un super Bowl pour ma deuxième saison était quelque chose de très fort, et il faut dire que les joueurs ne m’ont pas déçu.

l’intensité est présente des le début du match. Sur leur premier drive, les Broncos entrent dans le camp des Panthers et ouvrent le score sur un field goal (3-0). Les défenses prennent le pas sur les attaques, et celle des Broncos va capitaliser. Retranché dans son camp, Cam Newton est sacké par Von Miller, fumble récupéré par Malik Jackson qui s´en va inscrire le premier touchdown du match (10-0).

Il faut attendre le deuxième quart temps pour voir une réaction de la part de l’attaque des Panthers. Après un bon passage de Greg Olson, c’est le coureur Jonathan Stewart qui finit le travail et qui rammene les siens à 3 pts (10-7). Denver ajoutera un nouveau field goal dans ce quart temps (13-7) et Manning terminera cette premiere mi temps par une interception.

Le plan de jeu fonctionne à la perfection pour Denver. Cam Newton ne trouve pas de solutions face à la pression constante imposée par le front seven des Broncos. Le champion NFC n’a jamais paru autant en difficulté.

La deuxième mi-temps commence sur le même rythme. Malgré un bon drive et notamment une réception de 45 yards de Ted Ginn Jr, les Panthers manquent le coche en ratant un field goal sur ce drive. Denver en profite pour ajouter 3 nouveaux points et porter leur avance à 9 points (16-7).

Pendant ce temps là, Cam Newton continue de vivre un cauchemar. Le MVP est intercepté par T.J Ward, et le chrono défile. Carolina va reprendre espoir en début de 4eme quart temps grace à un field goal de Graham Gano (16-10). L´embélie est de courte durée tant Newton est en difficulté.

Il reste un peu plus de 4 minutes à jouer quand le tournant du match à lieu. C’est le drive de l’espoir pour les Panthers.

Cam Newton mis sous pression est obligé de reculer, et comme en début de match, c’est Von Miller qui martyrise le quarterback des Panthers l’obligeant à relacher le ballon. T.J Ward le récupère et place son attaque en bonne position.

Il n’en faut pas plus à C.J Anderson pour conclure en end-zone et quasiment assurer la victoire. Denver transforme la conversion à deux points pour faire passer l’avance à 14 points (24-10).

Carolina est au tapis. La bande à Newton déposera les armes après un dernier punt représentatif de ce match.

Score final 24-10 pour Denver. Les Broncos s’adjugent un troisème titre dans leur histoire, et Manning peut se retirer, une deuxième bague à la main, et le sentiment du devoir accomplit après l’échec de 2014.

Le MVP de la rencontre se nomme bien évidement Von Miller. Il aura dégouté l’attaque de Carolina et été décisif sur les deux touchdowns de son équipe. Très fort pour un défenseur.

Florian Amsel

Rédacteur spécialisé dans l'AFC West.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *