AFC East – Bilan Saison Regulière

New England Patriots (13-3)

Les Patriots sont en play-offs. Encore. Et ils évitent le premier tour. Une nouvelle fois. Oh, et Tom Brady surement MVP. A l’Ouest, Rien de Nouveau.

Et pourtant. Une saison relativement inhabituelle pour New England. D’abord, une intersaison très active avec de nombreux Trades, et peu de choix de Draft que ce soit en 2017 ou en avril prochain. Ensuite, une évolution de leur Gameplan Offensif, avec une emphase évidente sur le jeu long. Enfin, un choix intéressant par Belichick : envoyer Garoppolo a San Francisco pour un 2e tour de Draft, équivalent à faire tapis avec Brady entrant dans la quarantaine. Pari payant jusque maintenant. L’avenir indiquera si cette décision faisait sens. La Ligne Offensive fut extrêmement solide (en particulier Andrews et Mason, merci Dante Scarnecchia), et une saison remarquable de la part de Dion Lewis, mais aussi de l’Ours Polaire Rob Gronkowski, de retour après plusieurs saisons marquées par des blessures à répétition.

Alors les Patriots, vainqueurs du Superbowl une fois encore ? Pas si vite, Bobby. Cette défense ne fait peur à personne. Et c’est un problème lorsque surviennent les play-offs. Le Secondary est efficace, nul doute qu’il leur aura fallu quelques semaines pour se roder, mais ça semble solide de ce côté-là. Clairement, le souci vient de leur Pass Rush. Une impossibilité chronique de perturber les Quarterbacks adverses, qui les a poursuivis tout au long de la saison régulière. La lueur d’espoir ? La mise sur le marché surprise de James Harrison par les Steelers, que bien évidemment les Pats se sont empresses de signer. Résultat, 27 snaps dont 11 Pass Rushes, pour 2 Sacks et 1 Mise sous Pression. James a faim, et James n’est pas content.

Buffalo Bills (9-7)

Les Bills sont en play-offs ? Arrêtez tout ! Dansez nus sur les tables, les Bills sont en play-offs.

19 ans de disette, et la saison de Buffalo se poursuit enfin en Janvier. Inespéré, inattendu, et même un peu…étrange ? Tant de Trades, tant de décisions pendant l’intersaison qui tendaient à montrer que les Bills misaient tout sur 2018. Pousser le bouchon jusqu’à mettre Taylor sur le banc, voir un Rookie lancer 5 Interceptions en une mi-temps, réinstaurer Tyrod, et avoir besoin d’un miracle en Ohio pour y parvenir. Un corps de Receivers inexistant, Incognito et Dawkins seuls points positifs de la Ligne Offensive. « Shady » McCoy l’étincelle de vie, pourtant muselé par un système offensif qui ne sied ni à lui, ni à Tyrod. Etrange, vous dis-je. Et pourtant, le QB de Virginia Tech amène a Buffalo, malgré les moqueries et les quolibets, sa première apparition en post-season, depuis que Britney Spears chantait « Baby One More Time ».

Et c’est une défense à deux visages qui s’apprête à affronter les Jaguars. Impériale face à la passe, le quatuor White-Poyer-Hyde-Gaines est indiscutablement la surprise de cette année. D’ailleurs, non seulement Tre’Davious White est l’un des meilleurs Corners de la Ligue dès sa première saison, c’est aussi celui avec le plus de Snaps cette année (avec 1093 à son actif, représentant 98,6% des snaps défensifs. De la folie). Bien aidés il faut dire, par Jerry Hughes, avec ses 45 Mises sous Pression en 454 Pass Rushes. L’autre facette ? Une défense contre la course abyssale. En particulier depuis l’échange de Marcell Dareus aux Jaguars (oh, tiens donc…), l’implosion n’est jamais loin pour les hommes de Leslie Frazier. Surtout quand on s’apprête à rencontrer Leonard Fournette…

Dernier mot : Kyle Williams mérite une statue. Devant le stade. Ou dedans. Possiblement les deux, d’ailleurs.

Miami Dolphins (6-10)

Quelle saison pour Miami. Le scandale du Coach de la Ligne offensive, la blessure de Ryan Tannehill menant à la signature tardive de Jay Cutler, le Trade de Jay Ajayi, et un dernier match qui envoie les rivaux de Buffalo en Play-offs, avec trois (!) éjections a la clé. Bigre.

Difficile après ces quelques mois de trouver quoi que ce soit de positif à dire au sujet de ce club. La principale interrogation que le Front Office aura à régler concerne le Quarterback : poursuivre avec Tannehill, tenter de signer un des nombreux vétérans qui sera sur le marché (Smith, Bradford par exemple) ou profiter de leur position dans la Draft pour injecter du sang neuf. Au-delà de cela, les performances à retenir viennent de Jarvis Landry (toujours dans un rôle étrange ou le volume de réceptions est énorme mais les yards peinent à venir), le duo Drake/Williams qui aura parfaitement compense le départ d’Ajayi, et Ju’Wuan James, seul membre de la Ligne Offensive à s’illustrer cette saison. Les récents choix de Draft Carroo et Tunsil auront été très décevants et bien plus sera attendu d’eux l’an prochain.

Le point fort de cette équipe ? La Ligne Defensive, incontestablement. Un agréable mélange de vétérans dominateurs (Suh, Wake, Hayes) et des Rookies qui ont su s’illustrer (Harris, Godchaux, Taylor). La paire de Safeties est également solide, Jones (de retour après une grave blessure l’an dernier) et T.J. McDonald, devraient revenir la saison prochaine. Mais il leur faudra fixer la situation a Cornerbacks (bien que Xavien Howard ait émergé en toute fin de saison), et surtout au poste de Linebackers, point faible évident de leur dispositif défensif.

New York Jets (5-11)

Une saison qu’on savait perdue pour les Jets avant même qu’elle n’ait commence, mais pleine d’enseignements et, faute de mieux, d’espoir pour le futur.

On pensait le coaching staff en sursis, on s’attendait à une valse du Front Office après des choix de Drafts plus que contestables. Mais il n’en fut rien. Todd Bowles et Mike Maccagnan auront au final vus leurs contrats étendus, entrant ainsi dans leur quatrième saison ensemble a la tête des Jets. Le coordinateur Offensif John Morton est à féliciter, pour avoir su modeler une attaque solide autour de Josh McCown, et avec une faible Ligne Offensive. Il devrait être de retour l’an prochain, malgré l’intérêt qu’il peut susciter pour une potentielle promotion en tant qu’Head Coach ailleurs dans la Ligue. La question principale sur cette équipe concernera évidemment le poste de Quarterback. SI le départ de Bryce Petty et de Christian Hackenberg apparait presque acquis, on parle du potentiel retour de McCown pour, pourquoi pas, servir de Mentor à un jeune Quarterback, les Jets disposant du 6 e Choix de Draft. Les investissements devront se faire nombreux pour rendre cette équipe compétitive, les rares pièces qui devraient rester en place étant Kearse et Anderson en Receivers, et Beachum au poste de Left Tackle.

Autre certitude, Muhammad Wilkerson jouera ailleurs l’an prochain. L’envie n’y est plus du cote du Defensive Lineman, et les Jets voudront se débarrasser de son contrat aussi vite que possible. Il y a de bons éléments en place autrement, Williams et McLendon sur la ligne, Bass et Ealy en Pass Rushers, et les récemment acquis Davis (par Trade) et Adams (Drafté au 1er tour). Il leur faudra tout de même investir en un jeune Cornerback pour upgrader le duo Claiborne/Skrine, et choisir s’il faut déjà passer outre l’expérience Darron Lee, très décevant après deux saisons.

Alexandre Thomasson

Rédacteur spécialisé dans l'AFC East.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *