NFC East – Bilan de la quinzième semaine

(Image : NFC East ; Source : dynastyleaguefootball.com)

Philadelphie gagne face à New-York avec un excellent Nick Foles. Dallas est encore en course pour une wildcard et les playoffs même si cela s’annonce très difficile. Washington s’impose pour l’honneur. New-York perd malgré un Eli Manning auteur de son meilleur match de la saison.
Voici donc le bilan de la NFC East.

 

Philadelphie Eagles (12-2)

En s’imposant au finish 34 à 29 face de valeureux Giants de New-York, les Eagles de Philadelphie sont maintenant certains de jouer l’ensemble des playoffs à domicile.
Auteur d’un bon match pour sa première titularisation de la saison, Nick Foles (24/38, 237 yards et 4 TD) a largement contribué au succès de son équipe.
Le quarterback a pu et a su s’appuyer sur ses 3 receveurs phares (Nelson Agholor, Zach Ertz et Alshon Jeffery) qui ont tous les 3 inscrits un touchdown.
Pour l’une des premières fois de la saison, le jeu de course a bien été annihilé par l’équipe adverse.
En effet, les Giants ont limité Jay Ajayi à 49 yards, LeGarrette Blount à 21 yards et Kenjon Barner à 21 yards également.

Philly s’en est donc remis à son quarterback et à sa défense.
Bien que ce ne soit pas le meilleur match défensif de la saison pour les Eagles, la défense a su se montrer clutch dans des moments importants.
En sackant et en interceptant Eli Manning a des moments cruciaux, les Eagles ont ainsi inscrit 2 touchdowns en moins de 2 minutes pour recoller au score puis pour s’envoler définitivement vers une victoire, pas forcement méritée au vue de la prestation des Giants, qui méritaient mieux sur ce match.

Cela n’entrave en rien la bonne dynamique des Eagles (9 victoires sur les 10 derniers matchs).

Les Eagles de Philadelphie reçoivent des Raiders d’Oakland déjà éliminé depuis un bout de temps de la course aux playoffs.

 

Dallas Cowboys (8-6)

La victoire des Cowboys de Dallas, acquise à la suite d’un match au finish incroyable, face aux Raiders d’Oakland permet aux texans de rêver de playoffs.
Mais, il faut être honnête. Pour que Dallas aillent en playoffs il faudrait un concours de circonstance incroyable.
En effet, pour aller en postseason les Cowboys devront gagner leur 2 prochains matchs, que les Lions de Detroit perdent un de leur deux derniers matchs et qu’une de ces 3 équipes, Saints de la Nouvelle Orleans, Falcons d’Atlanta ou Panthers de Caroline, perdent leur 2 matchs.

Cette semaine sera aussi l’occasion de revoir Ezekiel Elliott, de retour de suspension.

Pour en revenir au match, Dak Prescott a réalisé une prestation moyenne avec 212 yards gagnés, 0 TD et 2 INT.

Rod Smith et Alfred Morris ont encore une fois été bon dans le backfield.
Dez Bryant et Jason Witten ont réalisé un match correct, captant 2 passes pour 59 yards pour Bryant et 4 passes pour 47 yards pour le tight-end.

Mais, si les Cowboys ont gagné, c’est grâce à une bonne défense.
En effet, Dallas a provoqué deux fumbles dont un par Jeff Heath dans les ultimes secondes de ce match qui ont permis à Dallas de s’imposer dans la douleur.

Pour le prochain match, les Cowboys reçoivent des Seahawks de Seattle qui luttent eux aussi pour une place en playoffs : le vainqueur pourra encore y croire tandis que le défait sera en vacances anticipées.

 

Washington Redskins (6-8)

Les Redskins de Washington ont mis fin à une série de 2 défaites d’affilés.
En effet, les hommes de Jay Gruden se sont imposés 20 à 15 à domicile face aux Cardinals de l’Arizona.

Cette victoire s’est dessinée en première mi-temps avec deux touchdowns de Jamison Crowder et de Kapri Bibbs.

Auteur d’un bon match, Kirk Cousins (18/26, 196 yards, 2 TD) a permis aux Redskins de décrocher une sixième victoire cette saison.
Le seul point négatif offensivement est le match plutôt quelconque des running back.
A commencer par le rookie Samaje Perine. Avec seulement 37 yards en 14 portés, il paye la bonne défense du front-seven des Cardinals.

La défense et le match horrible de Blaine Gabbert ont permis à Washington de s’imposer tranquillement.
Emmené par un Anthony Lanier en très grande forme (2 sacks et 1 forced fumble) les Redskins ont réalisé une grosse performance défensive, peut-être même la meilleure cette saison. Ils ont ainsi fait déjouer l’attaque des Cardinals.
Au final les Skins auront cumulé 4 sacks, 1 interception et un forced fumble.

Pour le prochain match, il faudra continuer en ce sens même si il n’y a plus rien à jouer pour cette saison.
Ils reçoivent les Broncos de Denver au FedEx Field pour un match sans enjeu.

 

New-York Giants (2-12)

Bien que défait 34 à 29 par des Eagles de Philadelphie, les Giants de New-York ont peut être joué le meilleur match de leur saison Dimanche dernier.

Un très bon Eli Manning (37/57, 434 yards, 3 TD et 1 INT) a longtemps permis aux G-Men de mener puis de rester au contact avant de laisser filer des Eagles bien trop réalistes pour ne pas gagner cette rencontre.

Encore une fois, Manning a été délaissé par ses running back, incapables de percer la ligne défensive des Eagles.
Malgré son touchdown, Orleans Darkwa compile des statistiques indignes avec 7 yards en 9 portés.
Wayne Gallman a couru pour 39 yards et Shane Vereen pour 15.
Des statistiques faméliques qui ont rendu les appels de jeu des Giants facile à lire : des passes, des passes et encore des passes (57 passes tentées par Eli Manning, c’est un chiffre incroyablement élevé).
Heureusement pour Eli et New-York, ses receveurs ont tous réalisé un match propre.
A commencer par Sterling Shepard, qui avec ses 139 yards (en 11 réceptions!) et son touchdown à sans doute réalisé le meilleur match de sa jeune carrière.
Comme à son habitude, le tight-end rookie Evan Engram a été excellent avec 87 yards gagnés en 8 réceptions.
Les receveurs Roger Lewis et Tavarres King (2 TD en 2 réceptions) ont compilé 74 et 70 yards chacun, ce qui a longtemps permis aux Giants de tenir la dragée haute à Philly.

A signaler que pour une fois, la ligne offensive des Giants a permis à Eli de n’encaisser qu’un sack. La ligne a bien tenu le front-seven des Eagles et à vrai dire c’est un peu une surprise car la ligne offensive de New-York est l’une des pires cette saison tandis que la ligne défensive des Eagles est l’une des meilleures de la ligue.
C’est donc une sacrée performance que les G-Men nous ont livré sur ce dernier match.

Malheureusement, côté défensif, c’est toujours aussi faible avec 34 points encaissés et encore un gros trou d’air avec 14 points encaissés en 2 minutes.

Le front-seven a été inexistant et hormis Olivier Vernon auteur d’un sack et d’un forced fumble, la défense des Giants n’a pas été à la hauteur de son attaque.
Avec une défense aussi friable, il sera impossible pour les Giants de remporter un autre match cette saison.

Au prochain match, les Giants se déplacent dans l’Arizona pour y affronter les Cardinals.

 

Jeremy Joly

Rédacteur spécialisé dans la NFC East.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *