FirstDown Awards 2019 – Week 12

Cette semaine, peu de changements dans la liste mais de belles performances, avec notamment deux matchs en Primetime qui se sont vite réglés et des records qui ne cessent de tomber. 

N’hésitez pas à réagir dans les commentaires ou sur notre compte Twitter. 

 

Un Monday Night Football dans la même veine que le Sunday Night Football : un affrontement triple AAA qui s’est soldé par un match à sens unique. Les Ravens ont totalement dominé les Rams durant la rencontre, notamment sur le plan offensif. La rencontre en Primetime a été l’occasion pour Lamar Jackson de montrer qu’il se positionne comme prétendant numéro 1 à ce stade pour le MVP. Le quarterback de Baltimore termine la rencontre avec une fiche sensationnelle : 15/20 passes réussies pour 169 yards et 5 touchdowns à la passe, 8 courses pour 95 yards. Et encore une fois, Lamar Jackson sort un jeu aérien très propre doublé d’un jeu au sol toujours aussi incroyable pour un quarterback. 5 touchdowns inscrits sur la rencontre, la dernière fois c’était contre les Dolphins, avec ça il rattrape Russel Wilson sur les touchdowns à la passe (24) tandis qu’il tient toujours la tête sur les touchdowns totaux sur la saison (30). Fait encore plus marquant, sur la rencontre il a joué 6 drives, à chaque fois cela s’est terminé par un touchdown. Cependant arrivera-t-il à se défaire de la défense des 49ers la semaine prochaine ? La rencontre s’annonce comme L’AFFRONTEMENT de cette deuxième partie de saison.

Ce n’est pas vraiment la forme en ce moment pour les Eagles, après la défaite de la semaine dernière contre New England voilà que Philadelphie va perdre un autre match très défensif (17-9) à Seattle. De leur côté, les Seahawks restent dans la course pour la très disputée tête de la NFC West avec les 49ers. Russell Wilson, pour sa part, a eu des difficultés contre la défense des Eagles. Une fiche de match assez mitigée : 13/25 passes réussies, soit 52% de réussite c’est-à-dire son plus faible score de la saison, 200 yards, 1 touchdown et 1 interception. D’ailleurs à ce sujet, malgré sa 3ème interception enregistrée de la saison, il reste le meilleur joueur avec un total de 27 matchs consécutifs avec 1 interception maximum. Ce résultat en demi-teinte se comprend lorsqu’on a pu voir la pression qu’avait exercé Philadelphie sur le quarterback pendant tout le match (6 sacks enregistrés, 1 fumble). Néanmoins, cela ne l’a pas empêché de sortir de très belles actions comme cette passe pour Rashaad Penny menant à un touchdown de 55 yards.

Un match à l’extérieur, sous la pluie (même le déluge) contre la meilleure défense de la ligue, la rencontre de dimanche pour les Cowboys s’annonçait compliquer. Encore un match très défensif entre deux équipes bien placées dans le classement. Face à la défense de Bill Belichick, Dak Prescott a tout fait pour essayer d’en venir à bout… en vain. Une performance très en-dessous des semaines précédentes qui s’explique en partie par les conditions difficiles expliquées plus haut. Au final, il effectue 19/33 passes pour un taux de réussite de 57.58% soit son plus faible de la saison, 212 yards et 1 interception. Aucun touchdown inscrit et une note de 64.2, la plus faible de la saison, la semaine était bien laborieuse pour Prescott. Pourtant bien protégé par sa ligne (0 sack encaissé), c’est le backfield défensif et la défense au sol qui sont venus complètement paralyser l’escouade offensive de Dallas. Mais si le coaching avait été différent, aurait-il réussi à arriver jusqu’à l’End Zone pour décrocher la victoire ?

 

La semaine dernière les Panthers se sont fait complètement ridiculiser par les Falcons, qui sont tout de même derniers de leur division (3-8). Or cette semaine, contre les leaders de la NFC South, Carolina a lutté jusqu’au bout pour essayer d’arracher la victoire aux Saints. Un field goal sur les 2 dernières semaines et les Panthers encaissent leur 3ème défaite consécutive. Néanmoins, Christian McCaffrey continue de se démarquer comme un joueur exceptionnel, mais quand le reste de la formation ne suit pas même les meilleurs ne peuvent pas faire des miracles… Malgré un 2ème match consécutif à moins de 100 yards au sol (64 yards en 22 courses), le running back des Panthers inscrit 1 touchdown au sol. Et là aussi comme la semaine précédente, c’est dans les airs que McCaffrey a été le plus présent : 9 réceptions pour 69 yards et 1 touchdown. Au total, il mène la tête sur les yards (1123), yards par match (102.1) et touchdowns au sol (12) mais le plus impressionnant reste ses 4 touchdowns dans les airs, c’est autant que certains receveurs cette saison (comme Julio Jones ou Keenan Allen). Dommage pour lui qu’il ne soit pas dans un meilleur effectif offensif qui permettrait de combiner ses stats démentiels avec un bilan d’équipe satisfaisant.

Et dans cette rencontre mais de l’autre côté du terrain, nous avons pu voir Michael Thomas faire lui aussi des étincelles. Cible favorite de Drew Brees, qui a retrouvé de son éclat récemment, le receveur numéro 1 des Saints nous sort encore un match incroyable : 10 réceptions, 101 yards et 1 touchdown. Dans une ligue où le jeu aérien prend de plus en plus d’importance, Michael Thomas a de quoi montrer l’exemple. Il réalise son 5ème match consécutif à plus de 100 yards et son 7ème de la saison. Sur le plan général il est à 104 réceptions, 1242 yards et 112.9 yards par match, de quoi tenir largement la tête au reste des joueurs à son poste. Cela est d’autant plus impressionnant qu’il arrive à réaliser des big plays avec des réceptions incroyables qui sont vitales pour la progression de son équipe.

Les dernières semaines ont été comme une traversée du désert pour Chris Godwin : une utilisation plus timide, 5 défaites enregistrées en 7 semaines et 1 seul touchdown inscrit en 6 matchs. Heureusement pour lui, le match contre les Falcons lui a permis d’inverser la tendance et de se remettre sur le niveau de jeu qui l’avait en début de saison, de quoi marquer le retour dans la course au OPOY. Cette semaine, il termine avec une fiche de 7 réceptions pour 184 yards (soit 26.29 yards par réception ! ) et 2 touchdowns. C’est son 3ème match de la saison avec plus de 150 yards cumulés ! Comme quoi, quand Jameis Winston lance avec propreté les Buccaneers ont les atouts pour pouvoir faire de belles actions, dommage que cela n’arrive que peu de fois. A la suite de ce match, il se démarque de ses semblables avec une fiche de 9 touchdowns (meilleur) et 1071 yards (2ème meilleur) dans les airs mais est-ce que cela va durer ?

Bye Week pour les Vikings et Dalvin Cook cette semaine.

 

Les Steelers remportent une victoire importante pour la suite de la saison (surtout les playoffs), alors que les Browns sont à une victoire de différence (5-6) et que les Ravens semblent déjà hors d’atteinte pour ce qui est de prendre la tête de l’AFC Nord. Un match de plus qui enfonce les Bengals dans ce qui est leur pire saison mais au cours duquel Pittsburgh n’était pas certain de décrocher la victoire, notamment à cause du jeu laborieux de Mason Rudolph. De son côté, Minkah Fitzpatrick maintient un niveau de jeu toujours aussi essentiel à la défense des Steelers. Il enregistre durant la rencontre 6 plaquages dont 1 assisté et 1 fumble recouvert pour 36 yards, ce qui le place en tête sur les fumbles recouverts cette saison (3) alors qu’il est toujours leader exæquo sur les interceptions (5). Un argument de plus qui vient démontrer son niveau de jeu, son importance pour l’équipe et surtout l’exploit pour sa 2ème saison en NFL.

Toujours dans la même équipe, les performances défensives continuent de se cumuler pour T.J. Watt. La défense des Bengals qui présente plus que quelques faiblesses n’a pas vraiment fait le point face à l’agressivité de jeu du linebacker. Durant la rencontre, Ryan Finley s’est retrouvé maintes fois sous pression et plusieurs fois à terre également (5 sacks enregistrés), comme quoi la ligne offensive des Bengals est un élément de plus à ajouter aux choses qui ne vont pas dans cette équipe (36 sacks encaissés au total, 3.48 yards par rush). Pour sa part Watt a réalisé 1 sack et 1 QB hit auquel il ajoute 1 passe déviée et 1 fumble forcé en plus des 2 plaquages et 1 pour perte. Au-delà de l’importance de ses actions sur le terrain pour son équipe, T.J. Watt parvient à se hisser à la 1ère place exæquo sur les fumbles forcés (5) (avec Shaquill Barret, Khalil Mack et Chandler Jones) tandis qu’il cumule 11.5 sacks, pas loin devant Chandler Jones qui était cette semaine en Bye Week. Avec de telles stats et une telle importance sur le terrain, Pittsburgh a actuellement deux prétendants pour le DPOY.

C’était la revanche pour Marcus Peters lors de ce MNF contre son ancienne équipe et ce qu’on peut dire c’est qu’il a été sans pitié contre ses anciens équipiers durant la rencontre. Dans un matchup l’opposant à Jalen Ramsey, le nouveau cornerback de Los Angeles, Peters s’en ait mieux sorti que son adversaire. Durant la rencontre, il a effectué 8 plaquages dont 2 assistés, 1 passe déviée et surtout 1 interception sur son ancien quarterback (2 au total) pour un retour de 22 yards. Par conséquent, il se positionne à la 1ère place exæquo avec Devin McCourty et Minkah Fitzpatrick alors qu’il est le seul à avoir marqué 3 touchdowns défensifs, pour un total de 210 yards. Depuis son arrivée à Baltimore, le cornerback enregistre une passe déviée sur toutes les rencontres et une interception une fois sur deux. Aux vues de ses performances et de sa dangerosité dans le backfield, Jimmy Garoppolo a tout intérêt à être bien sûr de ses passes la semaine prochaine car Marcus Peters ne lui laissera que peu de chances d’erreurs.

Bye Week pour Chandler Jones cette semaine

 

La dixième victoire de la saison pour Bill Belichick et ses hommes et deux records significatifs qui viennent de tomber au terme d’un match très serré contre Dallas : c’est la 18ème victoire consécutive à domicile, à égalité avec la 2ème plus longue série existante alors que les Patriots détiennent les 4 séries les plus longues dans cette catégorie et la 17ème saison consécutive avec un bilan de 10 victoires minimum, soit la plus grande série enregistrée en NFL (la dernière était San Francisco avec 16 saisons entre 1983 et 1998). What else ?

Tout comme les Patriots en AFC, les 49ers continuent de tenir la tête de la conférence NFC avec un bilan actuel de 10-1. Le Sunday Night Football contre les Packers s’annonçait comme un match AAA, plein de suspense et de rebondissements… sauf que non. San Francisco a littéralement asphyxié Green Bay, au terme d’un match à sens unique. Seulement 1 touchdown encaissé (8 points) et 4 d’inscrits, seulement 198 yards autorisés dont 117 au sol alors que les hommes de Kyle Shanahan en parcourent 339 dont 227 dans les airs, la victoire était totale. Défensivement, San Francisco fait un très bon travail (5 sacks enregistrés, 1 fumble et 2.8 yards accordés par action) ce qui vient complètement paralyser la force de frappe de Green Bay. D’ailleurs, il s’agit du résultat le plus faible enregistré par les Packers cette saison (10 points contre les Bears au Week 1). Au niveau général, la formation de San Francisco prend la tête sur les yards accordés par match (248) et les yards à la passe (136.9) tandis qu’elle encaisse 14.8 points en moyenne (2ème).  Côté offensif, l’escouade de Shanahan tient la 2ème place sur les yards au sol (145.6) et les points par match (30.2).

Les Seahawks effectuent une victoire très importante cette semaine qui leur permet de rester dans le sillage des 49ers pour éventuellement prendre la tête de la NFC Ouest alors que les Rams ont vu leur espoir de participation aux playoffs s’envoler suite à la défaite contre Baltimore ce lundi soir. Pete Carroll va devoir donner plus d’assurance et de solidité à son attaque, notamment sur la ligne offensive et le jeu au sol, afin de pouvoir mieux protéger Russel Wilson dans la poche. A ce stade de la saison (et avec l’élimination probable des Rams), le coach doit déjà se positionner pour les playoffs et c’est un problème qui doit être définitivement réglé pour la suite si les Seahawks souhaitent triompher d’équipes avec de grosses défenses (qui se profilent comme étant celles qui vont finir aussi aux playoffs). Côté défense, la formation va devoir montrer plus d’agressivité afin de parvenir à bloquer les attaques les plus mobiles et véloces (à ce stade, la défense totalise 20 sacks et 10 interceptions en 11 matchs).

Tout baigne pour les Ravens, l’attaque continue d’arroser et de massacrer les défenses adverses tandis que la défense trouve petit à petit la clé pour s’adapter à tous les types de formation adverse avant de les paralyser complètement. Pour dire, sur les 3 derniers matchs les hommes de John Harbaugh ont un bilan de 135-26 point sur leurs adversaires. Egalement, l’équipe n’a réalisé que deux punts au cours de ses 3 derniers matchs et les deux fois, c’était Robert Griffin III qui jouait quarterback. La grosse confrontation sera la semaine prochaine contre l’équipe de Kyle Shanahan qui sera un match digne des playoffs pour les deux équipes. Après cela, le calendrier de fin de saison est plutôt clément, laissant l’occasion aux Ravens de se préparer pour les playoffs.

 

Il était difficile pour Jimmy Garoppolo de refaire l’exploit de la semaine dernière (plus de 400 yards et 4 touchdowns) et il n’en a pas fallu autant pour venir à bout de la défense de Green Bay. Une défense vite larguée, une ligne offensive étanche, des joueurs démarqués voire carrément seuls, cela suffisait. Il effectue 14 passes sur les 20 tentatives au terme desquelles il totalise 253 yards et 2 touchdowns pour finir sur une note de 145.8, sa meilleure de la saison. Néanmoins, il encaisse 3 sacks, le 22ème de la saison, et effectue 1 fumble, le 8ème de la saison tout de même. Un match qui reste globalement positif mais qui montre les erreurs qui peuvent vite coûter chères à son équipe, surtout en playoffs. Alors que les décisions de jeu, initiés par Nathaniel Hackett semblent bien s’adapter au jeu de Garoppolo et à la situation, il faudrait veiller à ce que les sacks et fumbles soient moins récurrents afin de garantir une meilleure assurance.

 

Le MNF c’était 6 touchdowns de marqué, dont 5 à la passe pour Baltimore, un exploit ! Que dire de plus sur cette attaque de Greg Roman qui évolue à un rythme effréné, semble s’adapter à n’importe quelle situation avec un quarterback, un running back entre autres très mobile et sûr dans leur jeu. L’attaque tourne à plein régime avec 433.3 yards (Dallas est devant avec…433.4) dont 210.5 à la course (numéro 1) et 35.1 points (numéro 1) en moyenne par match. Sur les 3 dernières rencontres, la moyenne des points est de 45 ! Sur les trois derniers matchs, les Ravens n’ont pas punt une seule fois quand Lamar Jackson était au poste de QB.

L’attaque de Green Bay semblait prendre de l’assurance sur les dernières semaines, progresser et s’améliorer et puis les 49ers les ont remis à leur place. Seulement 8 points encaissés par les hommes de Robert Saleh durant le SNF alors que l’attaque de Green Bay tourne à 23.5 points en moyenne par match. Mais outre l’absence de drives conclus dans l’End Zone, le plus impressionnant reste la force avec laquelle la ligne défensive sur l’attaque adverse. Pendant la rencontre, les 49ers n’ont pas laissé de répit à Aaron Rodgers (5 sacks encaissés pour 38 yards) tout comme au reste de leurs adversaires. D’ailleurs, la défense encaisse le moins de yards et totalise le plus de sacks (44).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *