AFC East – Recap de la division – Week 4

(AP Photo/David Goldman)

Buffalo Bills (3-1)

Qui aurait cru qu’après un quart de la saison écoulée, Buffalo serait en pole position de la division ? Les Bills peuvent pour cela remercier leur défense, qui a été dominante durant le premier mois, limitant leurs adversaires à 95 Yards à la course par match, et 153 Yards à la passe, plus 6 Interceptions en n’encaissant que 4 Touchdowns. Cette domination vient de leur Secondary (Safeties Poyer et Hyde, Cornerbacks Gaines et le Rookie White), ainsi que de la solidité de leur Ligne Défensive, avec un Jerry Hughes étincelant (3 Sacks et 17 Mises sous Pression).

La Ligne Offensive a pour le moment une certaine difficulté à protéger Tyrod Taylor, et à ouvrir suffisamment de voies pour LeSean McCoy au sol, mais Tyrod a été suffisamment compétent et précis pour compenser ces déficiences. Jordan Matthews va manquer probablement tout le mois d’octobre, et les Bills espèreront que l’émergence de Dion Dawkins, plus le retour en forme de Cordy Glenn, aideront à élever leur niveau de forme offensif.

New York Jets (2-2)

Les Jets n’étaient pas censés finir la saison sans victoire ? Ça n’aura pas été un brillant mois de septembre à proprement parler, mais la performance de l’équipe a été suffisante pour battre une terrible équipe de Miami, puis de piéger les Jaguars menés par un Blake Bortles qui avait tout donne à Londres le weekend précédent. L’attaque des Jets a pour le moment été médiocre, Josh McCown se prouvant un titulaire capable cette année, et Bilal Powell continuant à la course sur sa lancée de la saison passée. L’addition de Jermaine Kearse juste avant la saison, et la présence du Tight End Seferian-Jenkins, sont un boost indéniable pour New York

Défensivement, Leonard Williams et le récemment acquis Kony Ealy (après son transfert en Mars des Panthers aux Patriots avant d’être relâché par Belichick début septembre) ont fait forte impression, ainsi que les Defensive Backs (les Rookies Maye et Adams en particulier) qui ont permis de limiter le gain a la passe de leurs adversaires à 265 Yards par match. Même s’il est difficile d’imaginer que cette équipe finira avec un record de 8-8, ils ne semblent plus en course pour le 1er choix de Draft en Avril prochain.

New England Patriots (2-2)

Qu’est-il arrivé à la défense des Patriots ? De gros problèmes de communication ont couts aux Pats leurs deux défaites de septembre, donnant à leurs adversaires de gros gains et un nombre de points encaisses inhabituel pour l’équipe de Bill Belichick. Stephon Gilmore (acquis en Free Agency en mars) et Kyle Van Noy ont montré de sérieuses faiblesses en couverture, et c’est un problème que Belichick et son Coordinateur Défensif Matt Patricia ont du pain sur la planche pour rectifier le tir.

Du coté offensif, que dire de Tom Brady, toujours époustouflant a 40 ans, l’absence de Julian Edelman totalement compensée par le trio de Brandin Cooks, Chris Hogan et Danny Amendola, plus « Gronk » qui apparait avoir récupéré totalement de ses blessures de l’année passée. Enfin, l’attaque à la course avec le roulement de quatre Running Backs semble fonctionner, même si New England est l’une des quatre équipes de la ligue à n’avoir aucun gain au sol de plus de 20 Yards.

Miami Dolphins (1-2)

Il était certain que la blessure de Tannehill pendant le mois d’août allait affecter les Dolphins. La signature de Jay Cutler, pourtant alors retraité, dont on parlait comme une idée qui tombait sous le sol du a sa familiarité avec le système d’Adam Gase, n’a pas permis d’obtenir les résultats escomptes. Tant à la passe (5,7 Yards par passe) qu’a la course (3,2 Yards par jeu), cette attaque est anémique. Il leur est impossible, tant par leur trio de Receivers talentueux, que par l’électrique Running Back Jay Ajayi, d’avancer le ballon. Et a moins de profonds changements dans le niveau de jeu de Cutler et de la Ligne Offensive, il est probable que cette tendance se perpétuera tout au long de la saison.

Du point de vue de la défense, la plupart de leurs titulaires n’ont pas été bons, exception faite de Ndamukong Suh et de Cameron Wake, qui sont parvenus à mettre sous pression les Quarterbacks adverses, mais surtout à limiter l’attaque au sol des équipes adverses (3.1 Yards par course). Cette lueur d’espoir représente une base solide sur laquelle les Dolphins tenteront d’améliorer leur niveau de jeu.

Alexandre Thomasson

Rédacteur spécialisé dans l'AFC East.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *