Une dinde, des Lions, et des Cowboys : comment la NFL a coopté Thanksgiving depuis les années 1920

(Crédits : USA Today Sports) – Jacoby Jones des Baltimore Ravens profite d’une cuisse de dinde lors du match de Thanksgiving 2013 remporté face aux Steelers

Thanksgiving est, juste derrière Noël, la fête la plus célébrée aux États-Unis depuis plusieurs siècles. Considéré traditionnellement comme le premier Thanksgiving, une fête fut  en effet organisée en 1621 par des pèlerins religieux arrivés en Nouvelle-Angleterre un an plus tôt en provenance de Plymouth, et était censée célébrer avec les Amérindiens la première récolte en ce nouveau monde.

Depuis, tous les quatrième jeudi de novembre, les États-Unis se réunissent en famille autour d’un jambon ou plus traditionnellement d’une dinde, de patates douces, et de sauce aux canneberges.

Mais les traditions évidemment ne s’arrêtent pas seulement aux arts culinaires, et la NFL a depuis longtemps compris l’intérêt d’associer une célébration aussi familiale à son propre produit.

C’est à partir de 1876 que l’on observe les premiers matches se déroulant le jour même de Thanksgiving. D’abord en universitaire et en lycée, la NFL n’emboîte le pas qu’à partir des années 1920 avec quelques matches ponctuels.

Il faut cependant attendre encore une décennie avant que les Detroit Lions n’en fassent une tradition annuelle.

– Les Lions en pionniers –

George A. Richards était le nouveau propriétaire des Spartans de Portsmouth (dans l’Ohio) quand il décide en 1934 de déménager la franchise à Detroit et de la renommer. Très vite les nouveaux Lions trouvent du succès sur le terrain, et au moment où arrive Thanksgiving, leur bilan est de 10-1. Ils doivent alors affronter ceux qui étaient déjà des rivaux à l’époque, les Chicago Bears dont le bilan était de 11-0. Ce duel devait décider de la suprématie dans la division Ouest de la NFL de l’époque.

Seulement à l’époque, à Detroit il n’y en avait que pour la franchise de baseball des Tigers. Richards décide donc de prendre le risque de mettre cette affiche de premier plan le jour de Thanksgiving. Il est dit que plus de 50 000 personnes voulaient y assister alors que le stade ne pouvait en contenir que 26 000. En outre 94 réseaux de radio diffuseront le match sur leurs ondes.

C’est un succès commercial inespéré pour Richards, une tradition qui perdure encore aujourd’hui est alors née.
Thanksgiving_1934_Lions_v_Bears(Crédits : Pro Football Hall of Fame)

Depuis 1934, et à l’exception d’une période allant de 1939 à 1944, les Lions de Detroit ont toujours joué le jour de Thanksgiving.

Ils furent rejoints en 1966 par les Cowboys. Le GM de l’époque, Tex Schramm, voyait en Thanksgiving une bonne opportunité d’apporter plus de visibilité nationale à Dallas. En six saisons sous la houlette du coach légendaire Tom Landry 6 saisons, la franchise n’avait pas encore eu de bilan positif .

À l’époque, la NFL, qui garantissait un certain revenu de billetterie aux équipes, s’inquiétait, comme d’autres en 1934, de voir des rangées et des rangées de spectateurs vides. Mais plus de 80 000 personnes assistèrent à la victoire des Cowboys contre les Cleveland Browns en ce jour de 1966.

Il faut croire que cette décision de jouer le jour de Thanksgiving fut porteuse de bonne chance  pour Dallas. Cette saison 1966 fut  en effet la première fois que Landry et ses Cowboys gagnèrent la division Est de la NFL. En finale du NFL Championship, ils perdront contre les Green Bay Packers du non moins légendaire Vince Lombardi.

Une nouvelle tradition de la NFL était alors née pour Thanksgiving, et à l’exception de 1975 et 1977, les Dallas Cowboys ont toujours joué ce jour-là depuis.

– Des matches d’anthologie –

Thanksgiving nous a donné droit à des matches mémorables au fil des années, certains plus absurdes que d’autres.

C’est le cas du match de 1993 opposant les Cowboys aux Dolphins. Dallas mène à deux minutes de la fin, 14-13, et le kicker de Miami se fait alors bloquer un field goal. La balle dépasse la ligne de scrimmage et entraîne donc normalement une balle morte pour Dallas qui peut gagner le match ainsi. Sauf que le meilleur lineman défensif de Dallas à l’époque, Leon Lett commet l’erreur invraisemblable de toucher la balle et donc de la rendre “vivante” pour les Dolphins. Ceux-ci la récupèrent sur la ligne des deux yards et le field goal consécutif est réussi. Miami gagne le match 16-14. Une boulette dont les fans des Cowboys se souviennent encore aujourd’hui.

L’autre erreur invraisemblable qui eut lieu lors d’un match de Thanksgiving fut le mythique “butt fumble” de 2012. Mark Sanchez, alors quarterback des New York Jets, est en effet directement rentré dans le postérieur de son guard Brandon Moore sur un scramble, tombant immédiatement au sol et lâchant la balle.

(Crédits : ESPN)

Jeudi, les Lions retrouveront leurs adversaires originaux, les Chicago Bears. L’an dernier fut une occasion manquée pour Detroit qui avait l’opportunité de revenir à un bilan égalitaire au nombre de victoires et de défaites le jour de Thanksgiving. Aujourd’hui ce bilan est de 37 victoires pour 39 défaites, et 2 matchs nuls et face aux leaders de la division Nord en NFC la tâche sera rude pour des Lions qui cherchent encore à sauver leur saison.

Les Cowboys quant à eux en sont à 30 victoires pour 19 défaites et 1 match nul. L’an dernier constituait la première fois depuis 2012 que les Dallas et Detroit perdaient ensemble, le jour de Thanksgiving.

Depuis 2006 la NFL a décidé d’ajouter un troisième match aux deux prévus sans cependant garder une équipe désignée. L’an dernier les New York Giants étaient opposés à Washington et cette année ce sont les Falcons et les Saints qui seront à l’honneur.

Et finalement, pour boucler la boucle, il faut bien revenir aux arts culinaires pour expliquer Thanksgiving, les États-Unis, et la NFL. La tradition veut en effet que les vainqueurs soient ceux qui profitent de la dinde d’après-match. Le MVP non-officiel de la rencontre étant le premier à se servir, généralement pour le bonheur des plateaux télés au bord du terrain.

(Crédits : Stephen Dunn – Allsport – Getty Images) – Randy Moss en 1998 après la victoire de ses Vikings face aux Cowboys.

Programme – Thanksgiving 2018 :

18h30 : Chicago Bears @ Detroit Lions – beIN Sports 2

22h25 : Washington @ Dallas Cowboys – pas de diffusion française

02h15 : Atlanta Falcons @ New Orleans Saints – beIN Sports 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *