Les déménagements en NFL

Les fans de San Diego après l’annonce du déménagement des Chargers à L.A

Les déménagements ont toujours été au centre des débats dans les ligues Nord-Américaines et sont souvent ressentis par les fans comme des trahisons mais il ne faut pas oublier une chose importante:

La NFL est avant tout une association de franchises où le business comme l’on dirait outre-Atlantique est une partie intégrante, souvent au détriment des fans. Paradoxal quand l’on sait qu’ils font partie intégrante des revenus générés par la ligue. Mais dans cette logique de marché, les franchises cherchent à développer des marchés plus vastes, plus rentables et les déménagements sont souvent la réponse à cette question d’expansion avec plus ou moins de succès ; Los Angeles en est un exemple parfait, même si la ville californienne est souvent au centre des débats.

D’autant que les déménagements sont souvent extrêmement lucratifs pour les autres franchises puisque la NFL impose aux franchises désireuses de changer d’air une taxe souvent exorbitante qui sera par la suite partagée aux 31 autres propriétaires. À titre d’exemple, le déménagement des Rams et des Chargers à Los Angles aurait rapporté 651 millions de $ à se partager, alors que le récent déménagement des Raiders à Vegas plus de 375 millions de $.

Un motif suffisant pour voter en faveur d’une délocalisation … À vous de juger.

Alors faisons un retour sur les franchises qui ont déménagé depuis 1995 et surtout focus sur les plus récents à savoir ceux des Rams, Chargers et Raiders

Les Raiders reviennent à Oakland (1995)

L’on commence donc en 1995 et les Raiders, qui après 13 saisons à Los Angeles souhaitent un nouveau stade loin du Memorial Coliseum.

Il faut dire que les Raiders se retrouvent cette année-là comme unique franchise de la ville après l’annonce du départ des Rams à Saint-Louis. Inglewood est déjà évoqué mais le sulfureux propriétaire de la franchise, Al Davis, refuse et annonce quelques mois plus tard le retour de la franchise à Oakland.

Et comme l’on n’est jamais mieux que chez soi, revoilà les Raiders qui retrouvent leur Coliseum d’Oakland rénové pour l’occasion après 30 ans d’existence.

Un pari sur le plan commercial pour une franchise concurrencé sur le marché local par les 49ers de San Francisco, cinq fois titrés et équipe favorite de nombreux Américains conquis par les exploits de Joe Montana et Jerry Rice.

Quand bien même, les Raiders et leur propriétaire sont déterminés à faire changer les choses et devenir la franchise de la baie, loin de l’image lisse et dorée de leur voisin californien. 

Un résultat qui s’avérera mitigé, et l’on en reparlera plus tard, un déménagement programmé laissant une nouvelle fois Oakland orpheline d’une franchise.

Les Rams filent dans le Missouri (1995)

Los Angeles et les Rams, une histoire qui dure depuis 1946 et le déménagement des Cleveland Rams en Californie.

Sauf qu’en 1979, le propriétaire de la franchise Carroll Rosenbloom décède laissant la franchise dans les mains de sa femme Georgia Frontière. Dans le meme temps, la franchise a du mal à remplir le Los Angeles Memorial coliseum et ses 92 000 places et la “blackout rule” menace les Rams et leur marché.

La “blackout rule” est une règle assez simple. Pas de retransmission TV sur le marché local si tous les billets ne sont pas vendus à 72 heures du coup d’envoi. 

Le Coliseum est devenu trop grand pour la franchise qui se décide à jouer au Anaheim Stadium, antre de la franchise des Angels en MLB.

Sauf que le marché local n’est pas vraiment réceptif et disposé à dépenser son argent pour venir au stade et les problèmes de fréquentation continuent pour les franchises de Los Angeles.

Fan des Rams en 1994 contre le projet de déménagement à Saint-Louis dans un Coliseum vide, source : George Rose/Getty Images

Il faut dire que la Californie n’a pas encore fait sa mue vers les nouvelles technologies, et la population ouvrière peine à venir au stade.

Il faut également dire que la concurrence en matière d’attraction est énorme dans leur Etat. Notamment avec les Lakers qui sont au centre de toutes les intentions et que le dimanche est propice aux distractions qu’offrent la région et son climat. 

Saint-Louis est un peu différent, la ville du Missouri est loin d’Hollywood mais dispose d’une base de fans avides d’avoir leur franchise et surtout d’un projet de stade pour accueillir les Rams. 

  

C’est suffisant pour la propriétaire qui décide d’acter le déménagement et cela malgré les contre-projets qui naissent à Los Angeles pour tenter de garder les Rams à Los Angeles.

L’imbroglio Browns (1996)

Peut-être l’un des déménagements les plus controversés de ces dernières années : à savoir, le  déménagement des Browns de Cleveland à Baltimore.

L’histoire commence en 1995 lorsque le propriétaire des Browns, Art Modell, annonce qu’il a décidé de déplacer la franchise à Baltimore, marché plus prometteur que la ville de Cleveland et ses 390 000 habitants touchés par la désindustrialisation du nord des États-Unis. 

Sauf que les fans des Browns font partie des plus fidèles de la ligue, peu importe les résultats de leurs joueurs. Il est donc hors de question de voir leur franchise partir pour le Maryland. S’ensuit alors une bataille judiciaire portée par les fans et la ville de Cleveland qui obtiennent alors un compromis.

La franchise peut déménager à Baltimore mais l’ensemble des éléments de propriété intellectuelle qui font les Browns appartiennent à la ville et Cleveland aura la priorité en cas de création d’une nouvelle franchise, à condition qu’un projet de stade soit présenté.

D’ailleurs, les Ravens sont officiellement considérés par la NFL comme une franchise nouvelle laissant le souvenir de l’histoire de la franchise aux fans des Browns. 

Des fans qui n’auront pas à attendre très longtemps, puisqu’en 1998, une franchise est créée sur les cendres des Browns.

Pour les Ravens il faudra attendre seulement 4 ans pour remporter le premier des deux titres gagnés par la franchise du Maryland.

Pas la même histoire pour les Browns de Cleveland …

Les Oilers dans le Tennessee (1997)

L’histoire d’un déménagement qui démarre pratiquement comme tous les autres. Un stade considéré comme vétuste, un marché local qui n’est plus réceptif aux exploits de sa franchise, quand il y a exploit pour des franchises habituées au fond du classement.

Les Oilers situés à Houston ne font pas exception à la règle, et en 1995 le propriétaire annonce le déménagement des Oilers dans le Tennessee lors de la saison 1999 après énième différend avec la ville à propos de la rénovation du stade. 

La fin des Oilers ne se fait pas vraiment dans la gloire.  20 000 personnes et un stade qui sonne très creux mais surtout une exposition qui ne se résume plus qu’a une retransmission sur la radio locale.

Les Oilers ne vont pas le rester très longtemps, puisque désireuse de se créer une nouvelle identité dans le Tennessee, le nom de la franchise se transforme en Tennessee Titans dès la saison 1999 qui marque également l’ouverture du flambant neuf Adelphia Coliseum qui deviendra le Nissan stadium en 2015.

Raiders, Charges et Rams cherchent nouvelle ville ..

La première décennie des années 2000 aura été extrêmement calme du point de vue des déménagements.

Sauf que cela fait 21 saisons que Los Angeles n’a pas vu de franchise NFL, elle qui dispose d’un marché potentiel toujours plus important et de franchises victorieuses dans tous les autres sports majeurs. Les Dodgers en MLB, les Lakers en NBA, les Kings en NHL.

Alors quand la ville de Saint-Louis refuse la construction d’un nouveau stade devenu trop vétuste au gout de la franchise et considéré par beaucoup d’observateurs comme l’un des pires stades du pays en termes d’installations et d’ambiance, l’occasion est trop belle pour la ville de Los Angeles de faire revenir ses Rams 20 ans après leur séparation. 

Pour cela la franchise à un plan et une nouvelle fois il se trouve à Inglewood au sud-ouest de LA, ville multi-ethnique, et potentiel terrain propice à attirer les investisseurs, terrain parfait pour un nouveau stade plus moderne et modulable, propice à accueillir tout type d’événements mais surtout une franchise NFL.

Le 24 février 2015, la construction du stade est annoncée, plaçant de fait Saint-Louis dans une position très compliquée…

Projet du futur stade situé à ‘Inglewood

Un stade ou un déménagement : les Rams sont clairs. 

Les relations entre les fans, la ville de Saint-Louis et les Rams se tendent à tel point que les Rams deviennent officiellement candidat au déménagement à Los Angeles, au même titre que les Raiders d’Oakland et les Chargers de San Diego. 

Finalement le 12 janvier 2016 les propriétaires sauf ceux des Browns et des Bengals votent en faveur d’une relocalisation des Rams à Los Angeles.

En attendant 2020, voire 2021 à cause du retard pris par le chantier d’Inglewood, les Rams vont jouer au Coliseum dans ce que certains ont appelé : « un retour à la maison pour les Rams » prêts à conquérir le marché de Los Angeles.

Mais les fans californiens sont capricieux et n’ont que l’embarras du choix quand il s’agit d’aller voir un spectacle sportif. Le résultat : c’est un Coliseum aux trois quarts vides lorsque les Rams jouent leur première saison, loin de la foule qui se masse devant les grilles de ce stade lorsque l’équipe universitaire de USC se produit.

Du mieux lors de la seconde saison, grâce à des résultats prometteurs et un titre de champion de NFC West, sans que le stade n’affiche complet. Inquiétant avant de filer vers Inglewood pour un partage avec les Chargers, autres résidents de Los Angeles après la fin de son histoire avec San Diego. 

Le Camouflet Chargers

L’histoire entre les Chargers et Los Angeles a débuté il y a 58 ans lorsqu’en 1959 les Chargers sont créés.

Une histoire courte puisque après une saison dans la ville, la franchise décide de migrer vers le sud tout proche de la frontière Mexicaine à San Diego pour devenir les San Diego Chargers. 

10 titres de champions AFC West plus tard dont le dernier remonte à 2009, les Chargers ne se sentent plus à l’aise dans leur Qualcomm Stadium construit en 1967 qui commence à se faire vieux et affiche un taux de remplissage faible.

Et lorsque l’on parle de déménagement, le stade est encore et toujours au centre des débats et cristallise bien souvent l’ensemble des frustrations.

Afin de mettre la pression sur les autorités locales et désireuse de se voir offrir un nouvel écrin, la famille Spanos décide de se positionner en faveur d’un retour des Chargers à Los Angeles. Car après tout, les Chargers ont une histoire avec la ville … une histoire d’un an mais peu importe.

S’ensuit alors un jeu de dupes entre les différents protagonistes que sont le conseil de la ville de San Diego et les Chargers. Pas question pour le premier de céder aux propriétaires. Pas question pour le second de financer un nouveau stade seul. 

D’autant que les Raiders ont le même problème plus au nord de l’État avec un Coliseum qui devient très vétuste et une municipalité qui refuse de financer un stade de football dans un contexte économique compliqué à Oakland. 

Les deux franchises y voient un moyen de faire plier leurs municipalités respectives et menacent de déménager du coté de Carson. 

Le divorce entre les Chargers et San Diego est consumé lorsque la municipalité refuse de libérer un budget pour la rénovation du stade. Pour les plus juristes, c’est en 2016, que les Chargers entament la procédure pour se voir reconnaitre les droits sur le nom de « Los Angeles Chargers ».

C’est finalement le 12 janvier 2017 que les Chargers annoncent officiellement leur déménagement à Los Angeles après avoir laissé planer le doute jusqu’à la dernière minute par une lettre qui l’on qualifiera de très froide après 58 ans de présence à San Diego.

Les Chargers partageront donc la même enceinte que les Rams mais joueront jusqu’en 2020 au StubHub Center des Los Angeles Galaxy, enceinte de 27 000 places,  pour « la suite de l’histoire entre les Chargers et Los Angeles ».

Mais comme avec une ex que l’on n’aurait pas vue depuis 58 ans, l’amour n’est pas vraiment au rendez-vous et le début des Chargers à Los Angeles est pour le moment un fiasco. 

Outre la colère des fans de San Diego se sentant trahis par la famille Spanos, l’affluence au StubHub Center est ridicule, la franchise ne parvenant pas à remplir le plus petit stade de NFL. 

Un fiasco tel que la maire de la ville déclarera au cours de la saison que : 

« Los Angeles aurait été heureux avec les seuls Rams, et les Chargers auraient mieux fait de rester à San Diego ».

À tel point que plusieurs rumeurs d’un retour des Chargers à San Diego se sont fait entendre pour le plus grand plaisir des fans locaux qui ont désigné une responsable à ce fiasco : La famille Spanos. 

Un fiasco jusque dans les symboles de la franchise avec la polémique autour du logo des Chargers pour leur retour . Et si le mot éphémère à une définition, le logo dessiné par la franchise en est une illustration.

Jugé trop proche de celui des Dodgers, la franchise de base-ball, il aura été le logo officiel de la franchise seulement 48 heures. 

Un fiasco également pour les autres propriétaires agacés par ce déménagement et qui militeraient également en interne pour un retour des Chargers à San Diego. 

Quoi qu’il en soit, les partenaires de Philip Rivers sont à Los Angeles et qui sait peut-être encore pour très longtemps à l’inverse de leur premier mariage.

Vegas s’offre les Raiders

Si le déménagement des Chargers à Los Angeles n’est pas vraiment salué par les observateurs, celui des Raiders à Vegas fait déjà plus l’unanimité. 

Une franchise NFL dans la cité du vice, qui plus est la franchise de tous les excès à Las Vegas, sur le papier l’histoire semble promise pour durer. 

Et si les envies d’ailleurs de Mark Davis ne datent pas d’hier, l’arrivée des Raiders à Vegas n’a pas été une mince affaire.

D’abord parce que les fans des Raiders sont parmi les plus bruyants de la ligue et qu’un déménagement serait perçue comme une trahison de Mark Davis, pour eux qui ont souvent accepté les choix parfois rocambolesques des Davis père et fils.

Mais également parce que trouver une ville prête à les accueillir n’est pas chose aisée. Un temps annoncé du coté de San Antonio où les Spurs profitent d’une base de fans solide mais dans un état ou deux franchises, surtout une, attirent toute l’attention n’est peut-être pas le choix le plus opportun. 

Puis viennent les discussions avec Los Angeles, ville où les Rams et les Chargers se voient également dans l’avenir. Ce seront finalement les Rams et les Chargers qui se retrouveront à Inglewood et voila les Raiders obligés de trouver un plan. 

Plan que Mark Davis met en place depuis 2015 … celui de déménager à Las Vegas.

Dès 2015, il est à Vegas pour prendre la température auprès des très puissants dirigeants de la ville et leurs avis sur la venue de ses Raiders dans le Nevada. Mais surtout et comme toujours, c’est la question du stade qui est débattue.

Mais à Vegas la construction d’un stade de football n’est pas un problème majeur de même que trouver des fonds pour financer cette construction. L’espace n’est pas non plus un problème pour une ville posée au milieu d’un desert. 

Tous les feux sont au vert, mais il reste une inconnue, la position de la NFL à propos de ce déménagement dans une ville connue pour ses excès et surtout où les paris sportifs sont légion. Il sera donc difficile de convaincre une plutôt fermée aux paris de l’intérêt d’un tel projet. 

On passera les nombreux mois ponctués de déclarations des différentes parties souvent unanimes quand il s’agit d’évoquer les avantages d’un déménagement à Vegas pour les Raiders car la vérité ce sont les propriétaires qui la détiennent avec un vote à venir sur cette possibilité.

Et les propriétaires semblent hésiter. Il faut comprendre que créer une franchise à Vegas est ponctué d’inconnues, notamment sur la fréquentation du stade dans une ville où la base de fans pourrait être difficile à créer, et l’intérêt local éparse.

Sauf que dans le dossier la NHL, la ligue nord américaine de hockey, avait déjà sauté le pas et les Las Vegas Knights créés quelques mois plus tôt. Le succès populaire étant au rendez-vous, il semble probable que les votes iront dans le bon sens pour les Raiders.

C’est en 2017 que les choses s’accélèrent après des mois de tractation sur la construction du stade, les Raiders sont officiellement candidats au déménagement vers Vegas suivi d’un accord pour la construction d’un nouveau stade, sur le “Strip”, avenue connue dans le monde entier.

C’est le 27 mars 2017 que l’annonce officielle tombe, les propriétaires ont tranché à 31 voix contre 1 en faveur du devancement des Raiders à Vegas. 

Pour les fans c’est la fin de l’espoir de voir leur franchise rester dans la baie. Oakland une nouvelle fois abandonné par les Raiders, pour une ville jugée plus attractive.

Aux Raiders d’assumer désormais … 

Anthony Colombel

Rédacteur spécialisé dans la NFC West.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *