Power Rankings FirstDownFR – Post-Draft et OTAs

Chaque Mardi, l’équipe de FirstdownFR vous propose de faire un tour des forces et faiblesses de chaque équipe à travers un classement  sous forme de Power Ranking. Après le Power Ranking pré-draft, cette semaine, revenons à tête reposée sur la draft, qui a eu lieu il y a quelques semaines.

Le classement est purement subjectif et la plupart d’entre vous ne seront certainement pas d’accord avec certains de ces choix, venez en débattre avec nous en commentaires.

Pour voir les notes que chaque équipe a obtenu pour cette draft, n’hésitez pas à consulter les “Notes et récapitulatif pour chaque équipe“.

 



1- Los Angeles Rams  +1

 

Les Rams n’ont pas réalisé une draft extraordinaire (pas de premier ni de second tour de draft) mais ils ont réussi à apporter de la profondeur aux postes qui en avaient besoin. Ainsi, la ligne défensive et la ligne offensive sont maintenant plus complètes.
Avec une free agency de très grande qualité, Los Angeles se place incontestablement comme l’un des favoris pour le prochain Super Bowl.


2- New England Patriots +1

 

Avec leurs deux choix lors du premier tour de la draft, les Patriots en ont surpris quelques-uns mais les sélections d’Isaiah Wynn (LT) et de Sony Michel (RB) sont loin d’être anodines.
Au poste de left tackle, Nate Solder est parti et est remplacé par l’un des meilleurs linemen offensifs de cette draft.
L’an dernier le poste de running back manquait de solutions (seul Dion Lewis était au-dessus des 400 yards à la course) malgré la profondeur d’effectif à ce niveau. L’arrivée de Michel vient modifier cela.
Enfin, le départ d’Amendola a bien été compensé avec la sélection de Braxton Berrios.



3- Philadelphia Eagles -2

 

Une draft clairement décevante pour les champions en titre. Privé de premier tour après un trade down avec Baltimore, Philadelphie n’a sélectionné que 5 joueurs et hormis Dallas Goedert (choisi au 2nd tour), aucun ne devrait avoir un rôle important cette année.
Il n’en reste pas moins que les Eagles disposent toujours de l’un des effectifs les plus solides et complets de la ligue. Nul doute que l’on pourra de nouveau compter sur eux cette saison.


 

4- Jacksonville Jaguars +1

 

 

Sur le papier, les Jaguars disposent sans doute du meilleur roster de NFL. En plus de cela, leur défense, qui, on le rappelle est une de meilleures de la ligue, s’est renforcée avec les arrivées de Taven Bryan (DT) et de Ronnie Harrison (S) durant la draft. Jacksonville a également choisi D.J. Chark au poste de receveur (poste décimé durant l’offseason). Chark sera la cible numéro 1 de Blake Bortles.
Oui mais voilà, Blake Bortles est aussi inconstant qu’imprévisible et est par la même occasion, le point faible de Jacksonville. C’est donc le principal axe de travail pour les Jaguars avant le début de la saison.



5- Minnesota Vikings -1

 

 

Un mois après la draft et avec du recul, la sélection de Mike Hugues (CB) est une bonne chose pour les Vikings.
Car le cornerback sera pris sous l’aile du vétéran Terence Newman (39 ans)  et cela ne pourra lui être que bénéfique tant Newman est un joueur d’expérience.
Hugues pourrait donc atteindre son pic de potentiel plus tôt que prévu. D’autant plus que selon de nombreux analystes américains, le joueur semble avoir un potentiel plus élevé que Denzel Ward (CB, choisi en quatrième position par Cleveland).
Dans l’ensemble, c’est une excellente draft réalisée par la franchise de Minneapolis avec également la sélection de Jalyn Holmes (DE) au quatrième tour et les signatures de deux undrafted free agents qui auraient mérité d’être draft par une franchise : Holton Hill, le cornerback de Texas et le defensive tackle de l’université de Washington Hercules Mata’afa. Ce dernier a été victime d’une rupture des ligaments croisés durant les OTA des Vikings et manquera donc la saison entière mais nul doute qu’il a un futur au sein de cette franchise.



6- Pittsburgh Steelers +1

 

 

N’en déplaise à Ben Roethlisberger, la franchise de Pennsylvanie a semble-t-elle trouvé son quarterback pour l’après-Big Ben. Choisi au troisième tour, Mason Rudolph va avoir le temps d’apprendre le playbook et de s’adapter à la NFL.
Pour pouvoir prendre le poste dès la saison prochaine ?
D’autant plus que les Steelers ont selectionné sa cible favorite : le receveur James Washington, qu’il a côtoyé à Oklahoma State.


 

7- New Orleans Saints -1

 

 

Un trade difficilement compréhensible lors du premier tour pour New Orleans. En effet, le prix à payer pour (l’excellent) Marcus Davenport est lourd : passer de la 27ème à la 14ème place et donner en plus son 1er tour de l’an prochain aux Packers est un choix curieux.
D’autant plus que les Saints n’ont pas sélectionné le successeur de Drew Brees…


 

8- Atlanta Falcons =

 

Les deux derniers receveurs choisis au premier tour par Atlanta ? Roddy White en 2005 et Julio Jones en 2011. Soit les 2 meilleurs receveurs de l’histoire de la franchise.

Souhaitons la même réussite à Calvin Ridley bien que le poste de receveur n’était clairement pas la priorité à renforcer pour les Falcons.
Mais les sélections des tours d’après, Isaiah Oliver (CB) et Deadrin Senat (DT) viennent rattraper tout cela.



9- Green Bay Packers =

 

Contrairement aux Saints, les Packers ont réalisé le move de ce premier tour. En échangeant leur position avec New Orleans puis Seattle, Green Bay a tout de même réussi à mettre la main sur deux des meilleurs cornerbacks de cette draft, Jaire Alexander. Sa sélection ainsi que celle de Josh Jackson, recouvre un besoin : l’an dernier les Packers furent à la peine contre le jeu à la passe.
Les deux joueurs pourraient d’ailleurs être rapidement titulaires et progresser sous la houlette de Mike Pettine, le nouveau coordinateur défensif de l’équipe du Wisconsin.


10- San Francisco 49ers +1

 

La draft a permis aux 49ers d’apporter encore plus de confort à leur quarterback Jimmy Garoppolo.
L’ancien Patriot a ainsi vu son équipe choisir le tackle Mike McGlinchey au premier tour puis le receveur Dante Pettis au second.
Tout est fait pour que Jimmy G. se sente bien au sein de la franchise.
En même temps avec son tout nouveau contrat, il ne peut que bien se sentir…


 

11- Tennessee Titans +2

 

Cette draft a permis aux Titans de donner un coup de neuf à leur défense.
Avec 4 choix de draft au total, 3 choix défensifs ont été effectués.
Parmi lesquels le linebacker Rashaan Evans et le defensive end Harold Landry (encore disponible en 41ème position !).
Ajouté à cela les arrivées de Malcolm Butler ou Bennie Logan durant l’offseason, la défense de Tennessee n’a plus rien à voir avec celle de la saison dernière.
Les hommes de Mike Vrabel sont donc partis pour avoir l’une des escouades défensives les plus impressionnantes (du moins sur le papier) de la ligue.


 

12- Houston Texans =

 

Avec une offseason plutôt quelconque avec seulement l’arrivée de Tyrann Mathieu et une draft plus que moyenne, dû au fait que Houston était privé de choix dans les deux premiers tours (suite au trade pour Deshaun Watson la saison dernière), les Texans s’en tirent plutôt bien.
En effet, la sélection du safety Justin Reid au troisième tour est une bonne pioche.

Si les blessures laissent les Texans tranquilles, Houston pourrait être un prétendant sérieux aux phases finales.


 

13- Los Angeles Chargers +1

 

Derwin James est surement le steal du premier tour.
Le safety était en effet annoncé dans le top 10 de pratiquement toutes les mocks drafts.
Le voir tomber au 17ème choix était donc plus que surprenant.
Les Chargers n’en demandaient pas tant. En le choisissant, Los Angeles s’assure un élément défensif pérenne et (très) efficace. D’autant plus que la défense des Chargers est déjà l’une des meilleures de la ligue.


 

14- Dallas Cowboys +1

 

Une draft efficace pour les Cowboys qui renforce toutes les positions sujettes aux critiques : linebacker, receveur et joueurs de lignes.
La sélection de Connor Williams au second tour va permettre de réimperméabiliser la ligne offensive de Dallas qui a pris l’eau à quelques reprises la saison passée au poste de guard.
En ce début d’OTA, deux joueurs qui sont à la lutte pour une place dans le roster final ont marqué les esprits des observateurs : le receveur rookie Cedrick Wilson et le defensive tackle Jihad Ward (échangé le jour de la draft par Oakland contre Ryan Switzer).

À noter la signature de plusieurs UDFA intéressants qui vont lutter pour une place dans le roster des 53 : le linebacker Joel Lanning et les safeties Kameron Kelly et Kyle Queiro. Ce dernier peut également jouer au poste de linebacker. Son côté versatile peut être un atout.


15- Kansas City Chiefs -5

 

Une draft clairement décevante pour des Chiefs qui nous ont habitués à mieux les années précédentes. Le manque de choix suite au trade pour Mahomes l’année dernière n’a pas aidé.
Clairement, aucun des joueurs sélectionnés n’aura un impact cette saison même si Derrick Nnadi (DT) et Breeland Speaks (LB) sont de jeunes joueurs prometteurs.
La seule excitation du début de saison de Kansas City sera de voir si Patrick Mahomes a bien les épaules pour être le QB1 de cette équipe.


 

16- Baltimore Ravens +3

 

Le quarterback du futur a été trouvé en la personne de Lamar Jackson. Mais, les Ravens vont-ils lui donner sa chance dès cette saison si Joe Flacco déjoue ?
Car avec l’offseason qui a vu arriver Michael Crabtree, Willie Snead ou encore John Brown (WRs) puis les tight-end Hayden Hurst et Mark Andrews, lors de la draft, Flacco n’a plus d’excuse pour ne pas amener les Ravens en playoffs.


 

17- Detroit Lions +1

 

Largement offensive, la draft des Lions est cohérente au vu des besoins de l’équipe. Il fallait trouver de la protection pour Matthew Stafford, c’est chose faite avec la sélection de Frank Ragnow, le centre d’Arkansas.
Derniers de la ligue en yards course la saison passée, la franchise du Michigan a sélectionné le running back Kerryon Johnson pour venir alimenter un secteur déjà bien fourni avec l’arrivée de LeGarrette Blount durant l’offseason.
Sous la houlette de Matt Patricia (ancien DC des Patriots), les Lions peuvent pourquoi pas être l’équipe surprise de la saison.


18- Carolina Panthers -4

 

Cam Newton est un homme heureux. Il a une nouvelle cible en la personne de D.J. Moore (le meilleur receveur de la draft selon beaucoup), lui qui avait tant de difficulté à la passe la saison dernière. Les Panthers lui ont aussi offert une autre cible de qualité avec le tight-end, Ian Thomas. Il pourra remplacer au pied levé Greg Olsen qui est de plus en plus souvent blessé.
Avec ces deux choix offensifs et la sélection du cornerback Donte Jackson, la draft de la franchise de Carolina aurait pu être bien pire compte tenu de leurs différents besoins.


19- Denver Broncos +3

 

Une draft de qualité avec notamment la sélection au premier tour du joueur qui est certainement le meilleur pass rusher de cette promotion, Bradley Chubb.
Il va, avec Von Miller, former l’un des duos les plus impressionnants et consistants de la ligue.
Les Broncos ont également pris l’un des meilleurs receveurs de cette cuvée, Courtland Sutton. Il semble NFL ready dès cette saison.


20- Seattle Seahawks -3

 

Avoir opté pour Shaquem Griffin au cinquième tour est la belle histoire de cette draft mais c’est également l’arbre qui cache la forêt pour Seattle.
En effet, cette draft est peu cohérente par rapport aux besoins de la franchise de l’État du Washington. La sélection de Griffin a passé sous silence le reste des choix qui sont somme tout… décevants.

L’offensive line qui est un gros chantier, de par la pression constante dont a été victime Russel Wilson tout au long de la saison, n’a pas été renforcée avant le cinquième tour et la sélection de Jamarco Jones.


 

21- Chicago Bears +2

 

 

Une offseason de grande qualité suivie d’une draft tout aussi bonne. En effet, Roquan Smith, choisi en 8ème position, vient combler un manque évident au poste de linebacker.
La sélection du receveur Anthony Miller vient compléter la toute nouvelle escouade de receveur des Bears. Ainsi, il rejoint les néos Bears Allen Robinson, Taylor Gabriel ou encore Trey Burton.
Mitch Trubisky n’a ainsi plus aucune excuse : il se doit de performer dès cette saison.


 

22- Tampa Bay Buccaneers =

 

La draft des Buccaneers aurait difficilement pu être meilleure. En effet, la sélection de Vita Vea fait suite au processus de reconstruction de la défense après une saison décevante à ce niveau.
Ainsi le jeune defensive tackle arrive dans une équipe qui a vu débarquer Jason-Pierre Paul, Vinny Curry ou encore Beau Allen durant l’intersaison et qui pourra encore une fois compter sur Gerald McCoy.
Pour sa saison rookie le joueur de Washington sera donc très bien entouré : il pourra apprendre aux côtés de ces joueurs d’expériences.
Les autres choix de draft et notamment les choix de Ronald Jones (RB) et de deux cornerbacks au second tour font sens et améliorent à la fois le backfield et une secondary aux abonnés absents la saison dernière.


 

 

23- Washington Redskins +1

 

Choisi en 13ème position, le defensive tackle d’Alabama Da’Ron Payne va clairement venir aider la pire défense de la ligue contre la course l’an dernier.
Après Jonathan Allen l’an dernier, c’est la seconde année de suite que les hommes de Jay Gruden optent pour un Crimson Tide au premier tour. Le quatrième en deux ans.
Avec son gabarit impressionnant, nul doute que Payne va avoir un impact immédiat dans sa nouvelle équipe.
Pour le reste de la draft, hormis le running back Derrius Guice qui semble être une très (très) bonne pioche, aucun nom ne se dégage véritablement.
En somme, c’est une draft correcte, sans être exceptionnelle, qui a été réalisée par Washington.



24- Oakland Raiders -4

 

 

Les deux premiers jours de draft ont été clairement mauvais pour Oakland qui a “gâché” 3 choix en prenant des joueurs qui auraient été disponibles bien après.
En revanche, les Raiders se sont très bien rattrapés lors du dernier jour de sélections en réalisant des beaux coups en choisissant notamment Nick Nelson (CB) au quatrième tour ou encore Marcell Ateman (WR) au septième. Mais le meilleur coup reste l’obtention de Maurice Hurst (DT) au cinquième tour, si son état de santé ne vient pas le pénaliser.


 

25- Arizona Cardinals =

Draft intéressante de la part des Cardinals avec les sélections de Josh Rosen puis de Christian Kirk.
Le premier est parti pour devenir le visage de la franchise pour les prochaines années. Le quarterback a d’ailleurs très mal pris le fait d’avoir été choisi après 3 quarterbacks. Le second est un receveur de poche qui va occuper le slot, soit une des positions les moins fournies de l’équipe.


 

26- Cincinnati Bengals +1

 

Pas réputé pour réaliser de grandes drafts, notamment au premier tour, les hommes de Marvin Lewis ont fait mieux qu’escompter.
L’offseason et la draft ont permis aux Bengals d’améliorer leur ligne offensive. Cordy Glenn et le centre rookie Billy Price vont permettre à Andy Dalton d’être plus serein.
Les rookies Jessie Bates (S), Sam Hubbard (DE) et Malik Jefferson (LB) apportent de la profondeur à des postes clés et mis à mal la saison dernière.



27- Cleveland Browns +5

 

Avec la multitude de sélections que Cleveland avait lors des deux premiers jours de draft, il était impossible qu’ils ne fassent que des mauvais choix. Au contraire et comparé aux années précédentes, les Browns ont réalisé une draft quasiment parfaite ; ne laissant quasiment aucun poste sans solution.
Baker Mayfield semble armé pour être LE quarterback qui fera (enfin) gagner un match à Cleveland. En tout cas, il a toutes les cartes en mains pour cela.
La refonte de l’effectif en offseason (Tyrod Taylor et Jarvis Landry sont notamment arrivés dans l’Ohio) puis les ajouts lors de la draft devrait aller en ce sens. Attaque et défense ont été équitablement réparties lors de celle-ci.
Alors oui, le roster n’est pas encore parfait mais il est en nette amélioration par rapport à l’effectif de l’an dernier et des années précédentes.



28 – Miami Dolphins +2

 

Après une offseason qui a vu deux de leurs meilleurs joueurs partir (Suh et Landry…), les Dolphins ont réalisé une draft correcte.
Fitzpatrick (S) et Gesicki (TE), choisis respectivement au premier et second tour, sont des joueurs qui auront un impact dès le début de la saison.
Le tight-end va d’ailleurs devoir aider un Ryan Tannehill qui sera observé de près par ses détracteurs et privé de sa cible numéro 1 de l’an dernier.


 

29- New York Giants -3

 

Il est évident que Saquon Barkley est un joueur hors-norme qui devrait faire une très belle carrière en NFL. Mais le roster new-yorkais a bien d’autres trous à combler, notamment au poste de QB avec un Eli Manning qui vit ses derniers moments dans la ligue. Les Giants avaient une opportunité en or de pouvoir trouver son successeur au poste le plus important.



30- New York Jets -2

 

Sam Darnold est censé être le quarterback des Jets pour de nombreuses années. Mais, cette saison, il sera en concurrence avec un vétéran puisque Josh McCown vient de prolonger son contrat pour une année supplémentaire. L’ancien d’USC va donc devoir gagner sa place. Si il ne débute pas immédiatement, alors il aura tout le temps de s’acclimater à la NFL et au cahier de jeu de son équipe.
Si d’aventure le bilan des Jets vient à être rapidement négatif et qu’il n’est pas encore titulaire alors le jeune quarterback pourrait être lancé dans le bain plus tôt que prévu.
Pour l’instant, on ne sait pas qui des deux quarterbacks entamera les matchs. Aura-t-on les premiers éléments de réponses durant les camps d’entraînements ? Sans doute.



31- Indianapolis Colts =

 

 

Une ligne offensive clairement améliorée mais cela reste quand même insuffisant pour une équipe des Colts dont la saison va grandement dépendre de l’état de forme (physique et mental) d’Andrew Luck.
En choisissant les guards Quenton Nelson et Braden Smith, Indy ne veut pas revivre la même saison que l’année dernière. De fait, avec 56 sacks contre eux, les Colts possédaient l’une des pires lignes offensives de NFL. Et quand on connait la fragilité de Luck, ces renforts sont logiquement les bienvenus.



32- Buffalo Bills -3

 

Mettre une équipe qui a atteint les playoffs la saison passée en dernière position peut sembler injuste mais l’offseason des Bills a été incroyablement mauvaise.
La draft a légèrement rattrapé cela avec les sélections au premier tour du quarterback Josh Allen et du linebacker Tremaine Edmunds.
Allen est un quarterback de talent mais a le morphotype type du joueur qui ne réussira pas en NFL. Il a une lecture de jeu correcte, un gros bras et sait viser ses receveurs quand il n’a aucun défenseur en pression. En revanche, dès qu’il est un peu titillé par le pass rush adverse, Josh Allen devient un joueur catastrophique. Il n’y a qu’à voir ces highlights de son match contre Boise State.
S’il débute la saison (en lieu et place d’AJ McCarron), il sera scruté de très près par tout le monde de la NFL.


S

Jeremy Joly

Rédacteur spécialisé dans la NFC East.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *