Power Rankings FirstDownFR – Pré-Draft

Chaque semaine, l’équipe de FirstdownFR vous propose de faire un tour des forces et faiblesses de chaque équipe à travers un classement  sous forme de Power Ranking.

Le classement est purement subjectif et la plupart d’entre vous ne seront certainement pas d’accord avec certains de ces choix, venez en débattre avec nous en commentaires.

Pour lire les besoins de chaque équipe et voir les effectifs complets, n’hésitez pas à consulter les “États pré-Draft“.

 



1- Philadelphia Eagles 

 

Comment ne pas commencer le premier Power Ranking de la saison en ne mettant pas les champions en titre en première position ?

D’autant plus que durant cette offseason, Philly s’est renforcée en ajoutant des joueurs d’expérience à sa défense à l’instar de Michael Bennett ou d’Haloti Nagata.
Côté départ, ils n’ont pas perdu de joueurs importants même si on peut souligner les départs de Vinny Curry, Patrick Robinson ou encore de Brent Celek.
La draft ne devrait pas chambouler les plans des Eagles vu qu’ils n’ont qu’un choix (le 32) dans les 130 premiers choix.



2- Los Angeles Rams

 

Marcus Peters , Ndamukong Suh, Aqib Talib, Brandin Cooks. Autant de noms qui font des Los Angeles Rams un favori évident pour le prochain Super Bowl.
D’autant plus que la franchise californienne s’est débarrassée de contrats (trop) encombrants avec les départs de Sammy Watkins, Alec Ogletree et la restructuration de contrat de Tavon Austin.
Avec la nouvelle ère qui s’annonce du côté de Seattle pour les Seahawks, Los Angeles se place en favori logique de la NFC West.


3- New England Patriots

 

Discrets mais toujours là, les hommes de Tom Brady n’ont fondamentalement pas besoin de grands renforts.
Seules arrivées notables : Adrian Clayborn, qui, fort de ses 9.5 sacks la saison passée, apportera des solutions et des armes supplémentaires à la défense de New England et le retour de Jason McCourty qui rejoint donc son frère frère jumeau, Devin.
Durant cette FA, les Pats se sont surtout focalisés sur des backups et des joueurs d’équipes spéciales. Ainsi, Jordan Matthews, Cordarrelle Patterson (WRs) ou encore Troy Niklas (TE) ont été signés.
Ajouté à cela les prolongations de Matthew Slater et de Marquis Flowers, New England dispose d’un effectif de grande qualité même si des joueurs importants sont partis (Malcolm Butler et Danny Amendola notamment).
Mais bon ça, c’est le système Bill Belichick. Et jusqu’ici, ça a plutôt bien fonctionné, non ?



4- Minnesota Vikings

 

 

Exit les Case Keenum, Teddy Bridgewater et Sam Bradford.
Les Vikings ont fait table rase du passé en se passant de leurs 3 QB des saisons précédentes.
C’est ainsi que Kirk Cousins et Trevor Sieman ont rejoint la franchise de Minneapolis.
Le premier cité dispose de cibles de qualité avec l’un des meilleurs duos de receveurs (Diggs – Thielen) de la ligue. Et comme cela ne lui suffisait pas, les Vikings lui ont donné des armes supplémentaires avec les arrivées de Kendall Wright et Tavarres King notamment.

Une équipe complète qui devrait faire mal en NFC North même si une interrogation subsiste : Dalvin Cook saura-t-il se remettre de sa grave blessure ? Si tel est le cas, le running back aura tous les éléments à sa disposition pour réussir une bonne saison.



5- Jacksonville Jaguars

 

Cette saison doit être la saison de la confirmation pour Sacksonville.
La meilleure défense de la ligue sera sensiblement la même que la saison dernière car oui, on ne change pas une (jeune) défense qui gagne. À deux exceptions près : le linebacker Paul Posluzny a pris sa retraite et le cornerback D.J. Hayden remplace Aaron Colvin dans le slot.

Quant à elle, l’attaque devra se mettre au niveau de sa défense pour espérer aller chercher le Vince-Lombardi Trophy.
C’est pourquoi les Jaguars ont recruté des éléments pour permettre à Blake Bortles de performer.
Pas très efficace à la passe, Bortles a perdu ses deux principaux receveurs mais récupère des options intéressantes avec le receveur Donte Moncrief et le tight-end Austin Seferian-Jenkins.
Ensuite, le QB voit arriver le guard All-Pro Andrew Norwell pour lui permettre de rester un peu plus longtemps dans sa poche.

Mais est-ce suffisant pour un quarterback comme Blake Bortles ? Pas si sûr …

 


 

6- New Orleans Saints

 

 

La saison dernière, les Saints avaient un effectif très solide, tant en attaque qu’en défense et on voyait mal comment ils pouvaient s’améliorer durant cette Free Agency.
Et pourtant… ils ont réussi à le faire.
En attaque l’arrivée de Cameron Meredith, auteur de 4 TD la saison passée, est une amélioration par rapport à Willie Snead.
De plus, le retour de Benjamin Watson va permettre à Drew Brees de retrouver une de ses cibles préférentielles (remember saison 2015).
Mais c’est surtout en défense que New Orleans s’est considérablement renforcé avec les signatures de Kurt Coleman, Demario Davis et le retour de Patrick Robinson, qui est allé chercher une bague avec les Eagles, et la re-signature d’Alex Okafor.
Ces joueurs d’expérience combiné à Cameron Jordan (13 sacks la saison passée) et aux jeunes defensive backs de talent comme Marshon Lattimore, Marcus Williams, Sheldon Rankins ou Ken Crawley font de New Orleans l’une des défenses les plus impressionnantes de la ligue.

Malgré la présence d’Atlanta, pour l’instant, la NFC South leur semble promise.



7- Pittsburgh Steelers

 

Même son de cloche pour les Steelers qui avec un roster très complet sont les grands favoris pour remporter l’AFC North.
Malgré l’histoire Le’Veon Bell, Pittsburgh pourra compter sur son running back star. Avec Antonio Brown et Ben Roethlisberger, ils formeront un trio de choc.

Comme d’habitude lors de la Free Agency, la franchise n’a pas beaucoup fait parler d’elle. Pittsburgh a tout de même réalisé un gros coup avec la signature de Morgan Burnett, qui compense le départ de Mike Mitchell, et formera avec Sean Davis un des duos de safety les plus costauds de la ligue.
Le linebacker Jon Bostic vient remplacer numériquement Ryan Shazier, convalescent pour au moins une saison supplémentaire.
Si la draft est aussi bonne que la saison dernière (T.J. Watt et JuJu Smith-Schuster notamment), nul doute que les Steelers auront l’un des rosters les plus impressionnants de la NFL.


 

8- Atlanta Falcons

 

Peu de pertes et peu d’acquisitions importantes pour Atlanta qui partira donc sur les mêmes bases que les saisons passées.
Très calme durant cette Free Agency, les Falcons ont comblé quelques trous avec le renfort de vétérans qui seront, pour la plupart, au mieux, des back-ups.
L’effectif reste donc de qualité malgré le départ de deux joueurs défensifs importants que sont Dontari Poe et Adrian Clayborn.

Si la franchise de Georgie trouve un accord pour une prolongation longue durée de leur quarterback star, Matt Ryan, et que les éléments offensifs clés (Julio Jones, Mohamed Sanu, Devonta Freeman et Tevin Coleman) performent comme l’an dernier ou comme il y a deux saisons sous les ordres de Kyle Shanahan, il faudra compter sur eux !



9- Green Bay Packers

 

Si les Packers sont classés si haut c’est grâce à un homme : Aaron Rodgers.
Même si le QB star a perdu sa cible préférée en la personne de Jordy Nelson, il en a récupéré une autre avec l’arrivée du tight-end Jimmy Graham.

Durant cette période d’offseason, Green Bay a principalement renforcé sa défense, point faible sur le papier, en remplaçant numériquement les joueurs partis en fin de saison.
Ainsi, le CB Damarious Randall (trade contre DeShone Kizer, qui sera le QB remplaçant de Rodgers) et Morgan Burnett s’en vont et Tramon Williams et Muhammad Wilkerson débarquent.

Lors de la draft, les Packers seraient bien avisés de drafter des defensive backs de talent, au risque de laisser une nouvelle fois la division aux mains des Vikings.


10- Kansas City Chiefs

 

Il faudra encore une fois compter sur les Chiefs cette saison. Mais, avec un visage différent des années précédentes.
Car, le quarterback sera différent. Patrick Mahomes, drafté au premier tour l’an dernier, assumera le rôle de starter pour la franchise du Kansas.

En se débarrassant du contrat encombrant d’Alex Smith, Kansas City mise sur la jeunesse et souhaite repartir sur de nouvelles bases.
C’est pourquoi les hommes d’Andy Reid ont décidé d’effectuer plusieurs mouvements dans le roster.
En attaque d’abord avec l’arrivée de Sammy Watkins pour un contrat très coûteux.

Puis en défense où les Chiefs ont trade leur meilleur joueur défensif, Marcus Peters car jugé trop turbulent et ont libéré des joueurs vétérans comme Tamba Hali ou Derrick Johnson, deux figures emblématiques de KC.
Pour les remplacer, les Chiefs ont recruté des joueurs plus jeunes mais avec de l’expérience comme Kendall Fuller (inclus dans le trade de Smith), David Amerson ou encore Anthony Hitchens.

Si l’alchimie est trouvée rapidement et en prenant en compte le retour d’Eric Berry au poste de safety, Kansas City devrait jouer sans aucun doute les avant-postes cette saison.


11- San Francisco 49ers

 

Un bon effectif dans l’ensemble, renforcé intelligemment avec les arrivées du cornerback Richard Sherman, des linemen offensifs Weston Richburg et Jonathan Cooper ou encore du running back Jerick McKinnon, venu prendre la place laissée vacante par Carlos Hyde.

La bonne opération de cette free agency s’est faite en interne. Avec la prolongation de Jimmy Garoppolo, les 49ers pérennisent un poste qui a souvent posé problème à San Francisco ces dernières saisons.
Pour rappel Jimmy G. reste sur 5 victoires en 5 matchs en tant que titulaire avec les 49ers.

Seul petit bémol et cela devient assez récurrent : les déboires judiciaires du linebacker Reuben Foster.

Les hommes de Kyle Shanahan vont viser une place en playoffs et vont batailler avec les Rams pour la tête de la NFC West.


 

12- Houston Texans

 

C’est peut-être le choix qui sera le plus discuté de ce power-ranking.

Mais avec un Deshaun Watson en forme (33 points de moyenne par match pour Houston avant sa blessure), un DeAndre Hopkins, un J.J. Watt et un Tyrann Mathieu en forme, cette équipe peut légitimement viser les playoffs. Voir mieux…

Sans premier ni second tour à la draft, Houston se met une légère épine dans le pied. C’est pour cela que lors de la Free Agency, ils ont mis la main au porte-monnaie pour attirer Tyrann Mathieu (S). Le “Honey Badger” vient renforcer un secteur où Andre Hal (3 interceptions en 2017) était souvent seul.

La franchise texane a également mis la main sur le cornerback Johnson Bademosi qui fera un bon joueur de banc. Puis, ils ont prolongé des éléments essentiels à leur réussite comme Johnathan Joseph.

Point perfectible : le poste de tight-end. Avec la retraite de C.J. Fiedorowicz, les Texans semblent avoir confié les clés du poste à Ryan Griffin. Mais celui-ci semble encore trop tendre pour être une véritable solution à longue durée.


 

13- Tennessee Titans

 

Après avoir atteint le Divisional Round la saison dernière et les premiers playoffs depuis 2009, les hommes de Marcus Mariota semblent avoir gagné de l’appétit. Il faudra encore une fois compter sur eux.

Pour la première saison en tant qu’head coach de Mike Vrabel, la franchise du Tennessee a bien géré cette Free Agency.
En effet, en recrutant le banni du Super Bowl LII, Malcolm Butler, elle s’assure d’avoir un bon joueur supplémentaire dans leur escouade défensive. L’ancien joueur de Patriots va pouvoir insuffler son envie de gagner et son expérience des grands rendez-vous à ses nouveaux coéquipiers, lui qui a déjà gagné deux Super Bowl avec New England.
Dans le Tennessee, il retrouvera Dion Lewis (RB), lui aussi fraîchement arrivée de la Nouvelle Angleterre.

Durant cette offseason, les Titans se sont activés à recruter deux guards pour protéger d’avantage Mariota.
Lui qui était souvent mis sous pression rapidement et qui a été auteur d’une saison mitigée à cause notamment des lignes défensives adverses qui traversaient trop rapidement l’OL de Tennessee.

Si Mariota persiste avec le niveau qui était le sien en playoffs et avec un Derrick Henry régulier, les Titans pourront de nouveau viser les playoffs cette saison.


14- Los Angeles Chargers

 

Les Chargers n’ont pas été épargnés par les blessures ces trois dernières saisons, espérons que cela se calme cette saison.
Anthony Lynn a vécu une première saison contrastée à L.A. avec une première moitié de saison difficile avant de trouver des solutions en seconde moitié de championnat.

Pour la saison à venir, les Chargers disposent néanmoins d’un bon roster avec de la profondeur aux postes de receveurs et de cornerbacks principalement.
Le front seven, avec Joey Bosa et Melvin Ingram est particulièrement solide. Ajouté à cela un trio de cornerback impressionnant – Casey Hayward, Desmond King et Jason Verrett – faisant de la défense des Chargers l’une des plus impressionnantes de la ligue.

Par contre, le départ de Tre Boston laisse le poste de safety sans véritable solution apparente. Son départ n’a pas été compensé lors de cette free agency. C’est donc l’un des chantiers que les Chargers devront régler durant (ou après) la draft.
Aussi, Philip Rivers approche tout doucement de la fin de sa carrière. Donc pourquoi ne pas drafter un quarterback avec le 17ème choix ? Sachant que la cuvée de QB est plutôt bonne pour cette draft.

Quoi qu’il en soit, une bataille s’annonce entre les Chiefs et les Chargers pour la suprématie de l’AFC West.

 


15- Carolina Panthers

 

Malgré une saison en demi-teinte la saison passée, les Panthers avaient accroché les playoffs (défaite en Wild Card face aux Saints).

Les Panthers disposent d’un roster équilibré rendu encore plus dense avec les arrivées de Dontari Poe (DT qui remplace Star Lotulelei), Torrey Smith (WR trade contre le CB Daryl Worley) ou encore Ross Cockrell (CB).

Carolina a certes recruté, mais a également perdu des joueurs dont leur guard All-Pro Andrew Norwell qui lui pour le coup, n’a pas été remplacé. Cela ne va donc pas aider Cam Newton qui va surement devoir se débrouiller comme il le pourra.
Malgré cela, il y a des motifs d’espoir pour les Panthers. L’arrivée de Nov Turner en tant que coordinateur offensif en est une. En atteste son travail avec les Vikings du Minnesota.

Durant la draft, les Panthers vont devoir s’activer pour renforcer leur ligne offensive afin d’aider Cam Newton.
Si cela se fait, alors, Carolina pourrait viser un bilan positif. Les playoffs devraient être difficile à aller chercher avec des Saints et des Falcons, quelques crans au-dessus.


 

16- Dallas Cowboys

 

De bons ajouts offensifs (receveurs et ligne offensive notamment) mais une très mauvaise gestion du cap space avec les cas Dez Bryant et Tony Romo. En tout les Cowboys ont $22 840 000 de dead money pour la saison à venir dont $16 900 000 pour les deux cités.
La défense est assez homogène et Dallas a gardé des éléments essentiels (DeMarcus Lawrence et David Irving) malgré le départ de quelques vétérans comme Orlando Scandrick ou Anthony Hitchens.

Pour être complètement compétitif, il reste à Dallas à renforcer les postes de Safety et de Linebacker.
À noter l’arrivée de Kris Richard en tant que coach des defensive backs. Richard est un des hommes qui a dirigé la Legion Of Boom.
Avec les DB prometteur que Dallas a en sa possession (Jourdan Lewis, Chidobe Awuzie, Xavier Woods, Byron Jones), il y aura-t-il une nouvelle LoB ?

La draft va très certainement déterminer le rôle que jouera Dallas la saison prochaine.


17- Seattle Seahawks

 

Une page se tourne avec la fin de la Legion Of Boom
Ainsi, exit Richard Sherman, Jeremy Lane et DeShawn Shead. Aussi les futurs de Kam Chancellor (blessure) et d’Earl Thomas (fin de contrat la saison prochaine) semblent incertains. Ajouté à cela le trade du defensive end Michael Bennett, une page de l’histoire de la NFL semble se fermer devant nos yeux.

Côté offensif, un gros coup de balais a également été donné : les tight-ends Jimmy Graham et Luke Willson, les running backs Eddie Lacy et Thomas Rawls, le receveur Paul Richardson et le guard Luke Joeckel sont tous partis.
Tous ces joueurs ont été remplacés par seulement 3 noms : D.J. Fluker (G), Jaron Brown (WR) et Ed Dickson (TE).

La seule bonne nouvelle dans toute cette histoire ? Le départ du kicker Blair Walsh.

Pour autant, il faudra toujours compter sur les Seahawks la saison prochaine car tant que Russell Wilson et Pete Carroll sont là, il y a matière à espérer. Et puis, on connaît Wilson : il n’a besoin de personne pour être bon. Et forte heureusement car sa ligne offensive laisse à désirer.

Même si la reconstruction s’annonce difficile et passera indéniablement par la draft, Seattle dispose toujours d’un effectif de qualité malgré les nombreux départs cités précédemment.
Malgré tout, les playoffs seront durs à atteindre mais l’idée de voir les Seahawks en postseason la saison prochaine n’est pas absurde du tout.

 


 

18- Detroit Lions

 

Un roster plutôt équilibré dans l’ensemble pour Detroit même si des ajustements restent à faire.

Avec l’arrivée de Matt Patricia au poste d’head coach, les Lions ont remodelé en partie leur défense. Patricia réussira-t-il la transition coordinateur défensif – head coach ?

Pour cela, il aura besoin d’un Matthew Stafford de feu. Lui qui sort, à titre personnel, d’une de ses plus grosses saisons dans la ligue. Et ceux malgré le faible niveau de sa ligne offensive.
Pour enfoncer le clou, Detroit a signé l’un des pires centres de la ligue : Wesley Johnson. Heureusement, il se battra, au mieux, pour une place de remplaçant.
Pour compenser, Detroit a recruté LeGarrette Blount. Le running back a déjà côtoyé Patricia à New England.

La franchise du Michigan a aussi recruté de bons joueurs capables d’avoir un impact immédiat dans le roster.
Ainsi, côté offensif, avec le départ du tight-end Eric Ebron, Detroit a mis la main sur Luke Wilson.
En défense, le départ du linebacker Tahir Whitehead a été compensé avec la signature de Devon Kennard. Celui du CB D.J. Hayden a permis le recrutement de DeShawn Shead, qui se remet d’une grosse blessure au genou.

Avec les éléments forts déjà en place comme Darius Slay ou Ezekiel Ansah, Matt Patricia a une très bonne base de travail à sa disposition.
Sans oublier les sophomores Jarrad Davis et Teez Tabor qui devront confirmer les quelques promesses entrevues au fil de la saison dernière.

Si l’alchimie est trouvée rapidement, ce roster-là devrait être proche d’une place en playoffs.

 


19- Baltimore Ravens

 

À la 19ème place on retrouve des Ravens qui ont eu une Free Agency contrastée.
De fait, Baltimore a perdu dès le début de la Free Agency son centre titulaire Ryan Jensen, parti à Tampa Bay. D’autant plus qu’il n’a pas encore été remplacé.
Ce qui pourrait encore fragiliser le rendement de Joe Flacco.

D’ailleurs, l’attaque de Baltimore a besoin d’amélioration et même si les receveurs Michael Crabtree, Willie Snead et John Brown ont signé, cela reste encore assez tendre.
A noter la signature de Robert Griffin en tant que QB 2.

Par contre en défense, les hommes de John Harbaugh possèdent un gros roster et cela devrait être leur principal point fort.
Avec, des joueurs comme C.J. Mosley (LB), Terrell Suggs (LB), et Eric Weddle (S), l’escouade défensive est entre de bonnes mains même si les deux derniers ne sont plus tout jeunes.

La draft doit permettre à Baltimore de recruter de jeunes joueurs capables d’avoir un impact immédiat dans le jeu des Ravens.

 



20- Oakland Raiders

 

 

Le retour de Jon Gruden à Oakland va-t-il permettre à la franchise de pouvoir rivaliser avec ses concurrents ? Lui qui n’a plus officié en tant qu’head coach depuis 2008.

Après une saison difficile les Raiders décident donc de faire appel à celui qu’il leur avait fait atteindre l’AFC Championship en 2000.

Gruden a pu choisir son staff et permet ainsi à la franchise californienne de repartir sur de nouvelles bases.
Ainsi, les Raiders peuvent compter sur un nouveau coordinateur défensif (Paul Guenther), offensif (Greg Olson) et coordinateur d’unités spéciales (Rich Bisaccia).
Ces deux derniers ont d’ailleurs déjà collaboré avec Gruden. Chacun de ces nouveaux coachs a pu repenser son escouade durant cette offseason.

Ainsi, Michael Crabtree (WR), Sean Smith (CB) et Marquette King (P) ont été priés de s’en aller.
Oakland n’a pas signé de gros noms mis à part Jordy Nelson (WR), qui a 32 ans s’offre un nouveau challenge, lui qui semble arriver à bout de souffle.
Aussi, le RB vétéran Doug Martin et les joueurs défensifs Rashaan Melvin (CB), Marcus Gilchrist (S) et Tahir Whitehead (LB) seront les nouveaux fers-de-lance de l’équipe.

De nombreux joueurs d’unités spéciales ont pu être recrutés.

Cette refonte d’effectif était nécessaire pour permettre à la franchise de repartir sur de bons rails.
Espérons que ce nouveau souffle insufflé par le coaching staff va permettre à Derek Carr de passer la vitesse supérieure car il en a les moyens.

 


21- Denver Broncos

 

Qui sera le quarterback pour cette saison ? Le suspense reste entier et malgré le recrutement de Case Keenum.
John Elway et les Broncos vont-ils drafter leur quarterback du futur ? Ou alors vont-ils encore jouer une saison sans véritable QB ?
Car depuis leur titre au Super Bowl 50, Denver enchaîne les déconvenues à ce poste.
Ainsi, sur les deux dernières saisons, Trevor Siemian, Paxton Lynch et Brock Osweiler se sont succédé au poste. Sans succès pour l’instant.

Mettons de côté ce soucis-là.
Durant l’offseason, la franchise du Colorado n’a pas été très active et a notamment tradé Aqib Talib aux Rams contre une bouchée de pain et a libéré C.J. Anderson, le RB titulaire, pourtant auteur de sa meilleure saison à Denver.
En se débarrassant de joueurs clés et à gros salaires, les Broncos veulent repartir sur une nouvelle base en s’appuyant sur des joueurs moins coûteux.
Pour ce faire, Denver a prolongé de nombreux joueurs parmi lesquels Todd Davis (LB),  Shaq Barrett (LB) ou encore Matt Paradis (C).

Si la draft est bien négociée par John Elway et ses hommes, la restructuration pourrait être plus rapide que prévu, compte tenu des éléments forts déjà présents dans le roster (Von Miller, Brandon Marshall et Demaryius Thomas par exemple).


 

22- Tampa Bay Buccaneers

 

Une free agency plus que correcte pour les Buccaneers avec les arrivées de Jason Pierre-Paul, Ryan Jensen et des récents champions Vinny Curry et Beau Allen.
La principale faiblesse de la saison, à savoir l’absence de pression sur le quarterback adverse, a été bien renforcée.
En attaque, Tampa Bay doit faire beaucoup mieux. À commencer par Jameis Winston, auteur d’une saison en demi-teinte la saison passée.
Cette saison il devra tenter d’établir une connexion avec ses 3 principales cibles : Mike Evans, qui se doit de justifier son énorme contrat, DeSean Jackson et O.J. Howard. Il ne manque à Tampa Bay qu’un running back de haut niveau pour combler le départ de Doug Martin. Il reste encore de bons running backs sur le marché. A moins que la draft ne comble ce manque ?

Les Bucs ont les cartes en main pour prouver que la saison dernière était une erreur de parcours.


 

23- Chicago Bears

 

 

Enfin ! John Fox n’est plus l’head coach des Bears. Matt Nagy débarque de Kansas City (ancien coordinateur offensif) pour prendre une équipe décimée par les blessures la saison dernière.

D’entrée, le nouvel head coach a apposé sa patte en attaque en recrutant Allen Robinson, Taylor Gabriel (WRs) et Trey Burton (TE), champion avec les Eagles et en laissant filer Cameron Meredith aux Saints.
Avec la présence des running back Jordan Howard et Tarik Cohen, l’escouade offensive de Chicago commence vraiment à avoir de l’allure sur le papier. Reste à voir en match maintenant.
Côté défensif, le départ du defensive end Mitch Unrein a été compensé avec l’arrivée d’Aaron Lynch.
En plus, les Bears ont réussi à conserver leurs deux cornerbacks stars, Prince Amukamara et Kyle Fuller.

Cette saison devrait permettre à Mitch Trubisky de confirmer qu’il est bien le quarterback qu’il faut à la franchise de l’Illinois. Avec ces 3 nouvelles cibles de qualité, il devrait trouver plus facilement les mains de ses receveurs.
Pour cela, il devra également compter sur sa ligne offensive, chose impossible la saison passée où il a subi beaucoup, beaucoup trop de pression des défenses adverses.
Sans cette ligne, il sera impossible pour le jeune QB de performer et de développer correctement son potentiel.

La période de reconstruction est finie du côté des Bears et nul doute que des résultats sont attendus rapidement.
Peut-être pas pour cette saison où Chicago devrait jouer encore une fois la dernière place de la NFC North …


 

24- Washington Redskins

 

 

Changement drastique de stratégie au poste de quarterback pour Washington qui se sépare de Kirk Cousins pour acquérir Alex Smith (avec un gros, gros contrat à la clé).
Mais est-ce une vraiment une amélioration ? On vous laisse juger par vous-même.

La vie sans Kirk Cousins s’annonce compliquée pour Washington.
D’autant plus que dans le trade Cousins – Smith, les Redskins ont perdu dans l’affaire un cornerback de talent avec Kendall Fuller.
Pour le remplacer numériquement, les hommes de Jay Gruden ont signé le vétéran Orlando Scandrick et au vu de ces dernières saisons à Dallas, ce n’est clairement pas une amélioration. D’autant plus que celui-ci coûtera 4 fois plus cher que Fuller.

En manque de receveur après les départs de Terrelle Pryor et Ryan Grant, la franchise a signé à prix d’or Paul Richardson en provenance de Seattle.
Il reste de nombreux trous à combler pour Washington car l’offensive line qui a perdu Spencer Long et Shawn Lauvao ainsi que le poste de safety n’ont pas été renforcés. Ce dernier étant l’un des points faibles de la franchise la saison dernière.


 

25- Arizona Cardinals

Les Cardinals abordent la draft sans certitude au poste de quarterback malgré le recrutement du fragile Sam Bradford.
La franchise de l’Arizona serait bien avisée de drafter un QB rapidement. D’ailleurs, l’ancien head coach Bruce Arians est fan de Lamar Jackson et il devrait être disponible au 15ème choix. Son remplaçant Steve Wilks pensera-t-il de la même manière ?
À noter le départ de Tyrann Mathieu qui montre bien que cette saison est une saison de transition pour la franchise.

C’est avec des doutes que les Cards abordent la draft. Ils ne devraient cependant pas poser trop de soucis à leurs adversaires …


 

26- New York Giants

 

Un effectif avec beaucoup de manques notamment au niveau des lignes.
En se débarrassant du gros contrat de Jason Pierre-Paul (DE), New York semble préparer le futur.
Et justement, ce futur va s’opérer durant la draft.

Les fans des Giants rêvent de Saquon Barkley mais est-ce bien raisonnable ? Car les G-Men ne disposent pas d’une ligne offensive de talent capable de créer des brèches pour un running back. Aussi, Eli Manning a 37 ans et ne serait-il pas temps de trouver son successeur en sélectionnant un quarterback avec le deuxième choix ?

D’autant plus que dans cette draft, de nombreux RB de talents seront disponibles et quand on voit les dernières drafts, on se dit que trouver un excellent running back en dehors du premier tour est tout à fait possible.
En témoignent les sélections de Jordan Howard au 4ème tour en 2016 et d’Alvin Kamara et Kareem Hunt au 3ème tour de la draft de la saison passée.
Ce constat est moins véridique pour les QB.

Durant la Free Agency, les Giants en ont profité pour ramener un peu de sang neuf en signant notamment Alec Ogletree (LB, trade), Nate Solder (LT) ou encore Jonathan Stewart (RB).


 

27- Cincinnati Bengals

 

Un roster plutôt équilibré même s’il y a des manques évidents.

L’offseason a permis de combler certains de ces manques notamment avec le trade de Cordy Glenn en provenance des Bills.
Le left tackle vient prendre la place du titulaire de la saison passée, Cedric Ogbuehi.
Ce dernier a montré qu’il n’avait surement pas le niveau NFL tant ses prestations ont été plus que décevantes depuis son entrée dans la ligue en 2015.
Ogbuehi n’est pas le seul responsable : toute la ligne offensive est à revoir.
Car, même si Andy Dalton n’est pas un quarterback d’exception, il n’a pas été gâté par sa ligne offensive ces dernières années. Les départs d’Andrew Whitworth et Kevin Zeitler ont fait beaucoup de mal.
La draft peut permettre aux Bengals de régler ses problèmes de ligne car de bons joueurs seront disponibles quand ils choisiront lors de leur premier tour, en 21ème position.

Autres additions notables pour Cincinnati : les arrivées en défense de Chris Baker (DT), qui vient apporter son expérience à la ligne défensive, et du linebacker Preston Brown qui devrait être titulaire assez rapidement.
Baker devrait former avec Geno Atkins un duo de defensive tackles redouté.
À leurs côtés, Carlos Dunlap et Carl Lawson, qui devrait prendre la place de titulaire à Michael Johnson, formeront un duo de defensive ends tout aussi redouté.
Pour Brown, avec la (nouvelle) suspension de Vontaze Burfict, il sera le leader du groupe de linebackers. Fort de ses 4 saisons en tant que titulaire à Buffalo, il devrait avoir un impact immédiat dans le jeu de Cincy.

Côté offensif et surtout côté receveur, A.J. Green paraît toujours aussi seul. Au milieu de joueurs très moyens, il est le seul joueur (avec Tyler Eifert quand celui-ci n’est pas blessé) des Bengals pouvant faire changer le cours d’un match.


 


28- New York Jets

 

Les Jets peuvent se targuer d’avoir l’un des pires rosters de la ligue.

Avec en première ligne, le poste de quarterback. Repartir avec Josh McCown, 38 ans, ou avec Teddy Bridgewater qui revient d’une grave blessure paraîtrait inconcevable.
Mais, avec le troisième choix de la draft, acquis grâce à un trade avec les Colts, ce problème peut être réglé rapidement (sauf s’ils choisissent Josh Allen).

Tout n’est pas à jeter pour les Jets avec les signatures de Trumaine Johnson (CB), Avery Williamson (LB), Isaiah Crowell (RB) ou encore Spencer Long (C).
Du côté des départs Muhammad Wilkerson (DE) et Demario Davis (ILB) manqueront à la franchise new-yorkaise car ils avaient un gros impact dans la défense.

Par contre, il faudrait penser à alléger les corps de cornerbacks et de receveurs car avec respectivement 10 et 16 joueurs sous contrat, on ne voit pas où ils veulent en venir.



29- Buffalo Bills

 

Après avoir disputé leurs premiers playoffs depuis 18 ans, que cette saison s’annonce longue pour les Bills et leurs fans.

Deux bonnes additions pour le front seven avec les signatures du linebacker Trent Murphy (9 sacks en 2016 mais blessé en 2017) et du defensive tackle Star Lotulelei. Et… c’est à peu près tout.

Côté départ, c’est la débandade en attaque avec les trades du Tyrod Taylor et de Cordy Glenn puis le départ à la retraite d’Eric Wood.

Il ne fait aucun doute que Buffalo va drafter son quarterback du futur. En espérant que celui-ci soit efficace rapidement et reste en bonne santé car les autres QB du roster sont A.J. McCarron et Nathan Peterman.
Les fans des Bills ont déjà assez souffert durant cette intersaison …



30 – Miami Dolphins

 

Miami a un roster qui fait peur. Mais pas dans le bon sens du terme…
Et pour cause, les Dolphins ont perdu leur meilleur joueur offensif, Jarvis Landry (ça aussi ça fait peur) et leur meilleur joueur défensif avec la libération de Ndamukong Suh.

Pour compenser, les hommes d’Adam Gase ont recruté de nombreux vétérans quasiment en fin de carrière à l’instar de Danny Amendola (WR), Josh Sitton (G) ou Frank Gore (RB) mais aussi des jeunes joueurs qui n’ont pas montré grand-chose comme le quarterback Brock Osweiler ou le receveur Albert Wilson.
Les Dolphins ont également recruté deux joueurs de talent avec le defensive end Robert Quinn (62.5 sacks en 7 saisons dans la ligue) et le centre Daniel Kilgore.

Miami a besoin de renfort à un peu près tous les postes mais drafter un jeune quarterback serait la voie la plus logique tant Ryan Tannehill est fragile depuis sa récente blessure, et après 7 saisons dans la ligue, il n’a pas montré l’étoffe d’un franchise player. Un QB ou un tight-end serait donc le début d’une reconstruction.
Reconstruction qui s’annonce plutôt longue pour les floridiens…



31- Indianapolis Colts

 

 

La véritable équation pour les Colts est de savoir si Andrew Luck a bien récupéré de sa grave blessure à l’épaule droite. S’il a bien récupéré, il s’agira de voir s’il peut rapidement retrouver son niveau. Si jamais c’est le cas (et on lui souhaite), nul doute qu’Indianapolis laissera l’une des dernières places de ce Power Ranking à d’autres équipes très rapidement.

Durant cette FA, les Colts ont signé un nouvel head coach : Frank Reich, l’ancien coordinateur offensif des Eagles.
Indianapolis n’a pas signé de grands noms même si les recrutements d’Éric Ebron et de Ryan Grant vont faire du bien à l’attaque.
Les Colts préfèrent se focaliser sur la draft pour reconstruire et repartir sur une base solide après les années cauchemardesques de l’ère Chuck Pagano.

À noter les départs de Johnathan Hankins, Rashaan Melvin, Frank Gore, Donte Moncrief et Jon Bostic.



32- Cleveland Browns

 

Rendons hommage aux Browns une dernière fois avec cette dernière place de notre premier Power Ranking. Avec 1 victoire en 2 saisons, qui d’autres que les Browns pouvaient occuper cette place ?

Bien que maintenant, Cleveland n’ait plus le pire roster de la ligue.
Et ceux, grâce à une refonte totale de l’effectif lors de cette offseason.

Encore quelques trous à combler (sur les deux lignes notamment) mais cette Free Agency a permis à Cleveland de mettre la main sur un quarterback de talent, en la personne de Tyrod Taylor, d’acquérir un RB de qualité (Carlos Hyde) et un receveur expérimenté (certes, avec des mains pas toujours très sûres), Jarvis Landry, auteur de sa meilleure saison en NFL la saison dernière avec 9 touchdowns. Même si les Browns l’ont surpayé, avec le cap qu’ils ont, ils pouvaient se le permettre.

D’un autre côté, Cleveland a dégraissé son effectif afin de repartir sur de nouvelles bases. Ainsi, Jason McCourty et Kevin Hogan ont quitté les Browns.

Avec 5 choix lors des deux premiers tours de la draft (dont les choix 1 et 4), la reconstruction s’annonce très intéressante dans l’Ohio avec un roster remis à neuf complètement.


 

Jeremy Joly

Rédacteur spécialisé dans la NFC East.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *